Le personnel de Médecins sans frontières attaqué au Yémen


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Médecins sans frontières (MSF) a annoncé avoir suspendu ses activités dans le gouvernorat d’Ad Dhale au Yémen du Sud après que les locaux abritant son personnel ont été pris pour cible avec des explosifs le lundi 1er octobre 2018 en soirée dans ce qui constitue la seconde attaque des installations en moins d’une semaine.

MSF travaille à Ad Dhale depuis 2011 en fournissant des soins médicaux aux populations des districts d’Ad Dhale, de Qatabah, d’Al Azariq et de Damt.

Même si l’organisation a déclaré que le personnel n’avait pas été blessé dans l’attaque, elle a exprimé ses inquiétudes quant à l’insécurité manifeste qui régnait pour l’équipe travaillant sur place, et a ajouté avoir été forcée à retirer son personnel de la zone. 

« MSF est l’une des rares organisations médicales à apporter une aide humanitaire à la population d’Ad Dhale. Ces attaques priveront des milliers de Yéménites d’une aide humanitaire et médicale dont ils ont grandement besoin », a déploré l’organisation dans un communiqué

MSF a appelé l’ensemble des parties en guerre, des groupes armés et des individus à « respecter et assurer la protection des personnels humanitaires et des agents de santé ». 

Les dernières données de l’Organisation mondiale de la Santé montrent qu’en 2017, 322 attaques ciblant des établissements de santé ont été dénombrées, causant 242 morts et 229 blessés.