Le pembrolizumab fait une entrée réussie dans le cadre du cancer du sein précoce

  • JAMA Oncol

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lors de sa première évaluation dans le cadre du cancer du sein précoce (CSp) à risque élevé, l’association pembrolizumab et chimiothérapie néoadjuvante (CTNA) a permis d’obtenir un taux de réponse complète pathologique (RCp) plus de deux fois plus important que la CTNA seule, lors d’un essai de phase II.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces résultats justifient le passage à un essai de phase III.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase II I-SPY2, multicentrique et randomisé de manière adaptative, a été mené en ouvert afin de comparer le pembrolizumab (n = 69 ; 200 mg par voie intraveineuse [IV] toutes les 3 semaines pendant 4 cycles) associé à une CTNA standard (4 cycles de paclitaxel suivis de l’association doxorubicine et cyclophosphamide) et la CTNA standard seule (n = 181).
  • Les patientes à risque élevé étaient atteintes d’un cancer du sein invasif de stade II–III, avec un résultat supérieur à un risque faible au test MammaPrint.
  • Le critère d’évaluation principal était la RCp (absence de tumeur invasive au niveau du sein et des ganglions lymphatiques régionaux lors de l’intervention chirurgicale).
  • Financement : Quantum Leap Healthcare Collaborative.

Principaux résultats

  • Les trois groupes pembrolizumab (comparativement au groupe CTNA seule) ont obtenu un taux de RCp plus de deux fois plus élevé et une probabilité prédictive élevée de succès dans un essai de phase III :
    • cancer du sein à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain négatif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-negative, HER2-) : taux de RCp de 44 %, contre 17 % chez les témoins, ce qui se traduit par une probabilité de succès de 98,5 % ;
    • cancer du sein à récepteurs hormonaux positifs (Hormone Receptors-positive, HR+)/HER2- : taux de RCp de 30 %, contre 13 % chez les témoins, ce qui se traduit par une probabilité de succès de 99,6 % ; et
    • cancer du sein triple négatif : taux de RCp de 60 %, contre 22 % chez les témoins, ce qui se traduit par une probabilité de succès de 83,4 %.
  • Le groupe pembrolizumab a présenté une charge tumorale résiduelle plus faible.
  • Le groupe pembrolizumab a présenté les endocrinopathies immunitaires attendues.

Limites

  • Protocole en ouvert.