Le pembrolizumab en première intention s’avère prometteur dans le cadre d’un CCR avec instabilité microsatellitaire élevée

  • André T & al.
  • N Engl J Med
  • 3 déc. 2020

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans un essai de phase III, le pembrolizumab a permis d’obtenir une meilleure survie sans progression (SSP) que la chimiothérapie dans le cadre du traitement de première intention du cancer colorectal avancé (CCR) avec instabilité microsatellitaire élevée et déficience du système de réparation des mésappariements.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le pembrolizumab est approuvé par l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug Administration, FDA) dans ce groupe après une progression sous chimiothérapie.

Méthodologie

  • Il s’agit de l’analyse intermédiaire d’un essai de phase III en ouvert (KEYNOTE-177 ; n = 307).
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire pour recevoir 200 mg de pembrolizumab toutes les 3 semaines ou une chimiothérapie (traitement à base de 5-fluorouracile avec ou sans bévacizumab ou cétuximab) toutes les 2 semaines.
  • Financement : Merck Sharp et Dohme ; Bats-toi contre le cancer (Stand Up to Cancer).

Principaux résultats

  • La SSP médiane était plus longue dans le groupe pembrolizumab :
    • 16,5 mois, contre 8,2 mois. 
    • Rapport de risque (RR) de 0,60 (P = 0,0002).
  • Un plus grand nombre de patients n’ont présenté aucune progression dans le groupe pembrolizumab à 12 mois (55,3 %, contre 37,3 %) et à 24 mois (48,3 %, contre 18,6 %).
  • Après 24 mois de suivi, la durée moyenne de la SSP était plus élevée dans le groupe pembrolizumab (13,7 mois, contre 10,8 mois).
  • Parmi les patients ayant obtenu une réponse complète ou partielle à 24 mois, la réponse était en cours chez 83 % des patients sous pembrolizumab, contre 35 % dans le groupe chimiothérapie.
  • Les événements indésirables de grade supérieur ou égal à 3 étaient moins fréquents dans le groupe pembrolizumab (56 %, contre 78 %).

Limites

  • L’étude a été menée en ouvert.