Le pembrolizumab constitue une bonne option pour le CBNPC avec un IP de 2

  • Middleton G & al.
  • Lancet Respir Med
  • 19 mars 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le pembrolizumab est sûr et efficace chez les patients atteints d’un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) avancé avec un indice de performance (IP) de 2, dans le cadre d’un traitement de première intention ou ultérieur, puisqu’il offre des résultats similaires à ceux observés lors des études précédentes portant sur des patients ayant un IP de 0–1.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les essais cliniques sur le pembrolizumab avaient inclus uniquement des patients atteints d’un CBNPC avec un IP de 0–1, bien qu’environ 18 % de l’ensemble des patients atteints d’un CBNPC présentent un IP de 2.
  • Actuellement, le traitement de référence de ces patients au Royaume-Uni est une chimiothérapie à base de carboplatine pour le traitement de première intention, et du docétaxel pour le traitement de deuxième intention ou ultérieur.

Protocole de l’étude

  • Un essai multicentrique de phase II a été mené.
  • 60 patients atteints d’un CBNPC avancé avec un IP de 2 ont reçu du pembrolizumab.
  • Financement : MSD.

Principaux résultats

  • La durée de suivi médiane était de 10 mois.
  • 40 % des patients ont reçu du pembrolizumab dans le cadre d’un traitement de première intention.
  • La survie sans progression (SSP) médiane était de 4,4 mois ; la survie globale (SG) médiane était de 9,8 mois.
  • 37 % des patients ont rapporté un bénéfice clinique durable (BCD ; 38 % avec le traitement de première intention ; 36 % avec le traitement de deuxième intention ou ultérieur).
  • Le BCD était plus important chez les patients présentant un score de progression tumorale (SPT) plus élevé (22 % avec un SPT inférieur à 1 % ; 47 % avec un SPT de 1–49 % ; 53 % avec un SPT de 50 % ou plus).
  • Le taux de réponse objective était de 27 % dans l’ensemble (31 % chez les patients préalablement traités, et 21 % chez les patients naïfs de traitement).
  • 28 % des patients ont rapporté une toxicité ayant entraîné un retard de dose ou l’arrêt du médicament.
  • Aucun événement indésirable de grade 5 n’a été rapporté.

Limites

  • Étude en ouvert et à bras unique.