Le paradoxe de l’obésité s’applique-t-il à l’hypertension artérielle pulmonaire ?

  • Weatherald J & al.
  • Chest
  • 22 mai 2018

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

L’analyse du registre français de l’hypertension artérielle pulmonaire (HTAP) montre que si la mortalité tend à être supérieure pour les sujets obèses ou en sous-poids, aucune association reliant le poids et la mortalité des patients HTAP ne peut être mise en évidence. L’âge semblait toutefois influencer cette relation puisque la mortalité des adultes les plus jeunes (

Pourquoi est-ce important ?

Le paradoxe de l'obésité repose sur une mortalité plus faible des patients obèses présentant des pathologies cardiovasculaires ou respiratoire, par rapport à ceux ayant un poids normal. L’existence de ce paradoxe dans l’HTAP ne disposant pas encore de preuves solides, l’analyse du registre français de l’HTAP permet de préciser les liens entre pression artérielle pulmonaire, poids corporel et âge.

Principaux résultats

  • L’analyse a été menée à partir des données de 1.255 patients. La prévalence de l’obésité et de l’obésité morbide était respectivement de 30,3% et 11,2%. Ceux qui étaient obèses étaient plus souvent des femmes (65,1% vs 53,4%, p

  • Aucune différence en terme de survie n’a été identifiée selon l’IMC des patients, ni entre les différentes catégories d’IMC. Selon l’analyse univariée, le constat était le même, mais une tendance de surmortalité était identifiée concernant la mortalité des sujets en obésité morbide et ceux en sous-poids. Une interaction entre âge et obésité a été observée, conduisant les auteurs à mener une analyse multivariée pour deux groupes d’âges, les moins de 65 ans ou 65 ans ou plus.

  • Selon l’analyse multivariée, les sujets de moins de 65 ans présentaient une mortalité ajustée supérieure lorsqu’ils présentaient une obésité morbide, en comparaison des sujets non obèses (HR : 3,01 [1,56-5,79], p=0,001). Une tendance similaire, non significative, était aussi identifiée pour les sujets en sous-poids.

Méthodologie

Le registre français de l’HTAP recensait tous les sujets de plus de 18 ans diagnostiqués pour une HTAP d’origine idiopathique, familiale ou liée à un médicament. L’analyse a été menée à partir de tous les patients inclus dans le registre entre janvier 2006 et mai 2016.