Le paracétamol pourrait accroître le risque d’AVC chez les personnes atteintes de diabète


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le paracétamol pourrait accroître de façon significative le risque d’accident vasculaire cérébral (AVC) chez les personnes atteintes de diabète, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue Journal of the American Geriatrics Society.

Au vu de recherches récentes ayant suggéré que le paracétamol pourrait être associé à des événements indésirables et à la mortalité à dosage thérapeutique, les chercheurs ont exploré l’association de l’usage du paracétamol avec la mortalité et les événements cardiovasculaires majeurs chez 5 429 adultes plus âgés vivant dans 175 maisons médicalisées en France. Parmi eux, 2 239 participants prenaient en moyenne 2 352 ± 993 mg de paracétamol quotidiennement, tandis que 3 190 participants n’en prenaient pas. 

Ils ont découvert qu’il n’y avait aucune augmentation des décès et des infarctus du myocarde entre les utilisateurs de paracétamol et les non-utilisateurs après un suivi de 18 mois. Le nombre d’AVC était également similaire dans les deux groupes. Les auteurs ont cependant découvert que la prise de paracétamol était associée à une augmentation du risque d’AVC chez les patients atteints de diabète (RR : 3,19 ; IC à 95 % : 1,25–8,18 ; P = 0,0157). 

Les auteurs ont indiqué que même si le paracétamol représente toujours un choix sûr en première intention dans la prise en charge de la douleur pour la plupart des patients, ce choix doit être envisagé avec davantage de prudence pour les adultes plus âgés atteints de diabète. « À mesure que notre population vieillit et devient plus fragile, les études doivent porter sur la sécurité d’emploi des médicaments couramment utilisés par ces adultes plus âgés et fragiles afin d’améliorer notre pratique », ont conclu les auteurs.