Le pain complet ce n’est pas que pour les fêtes !

L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. Inscrivez-vous gratuitement

Contrairement aux céréales raffinées, les céréales complètes conservent le son, l’enveloppe extérieure de la graine, riche en fibres, antioxydants, micronutriments, et le germe, riche en vitamines, antioxydants et graisses insaturées. Il semblerait que la consommation en céréales complètes diminue l’incidence des maladies cardiovasculaires et des cancers. Cependant, les données de la littérature ne sont pas toujours cohérentes sur le sujet. Des chercheurs ont conduit une revue systématique de la littérature et une méta-analyse afin d’étudier la relation entre l’apport en céréales complètes et le risque de mortalité toutes causes confondues, de mortalité d’origine cardiovasculaire et de mortalité par cancer.

Méthodologie

  • Une revue systématique de la littérature a été réalisée à partir des bases de données Medline, PubMed, SCOPUS, EMBASE et Cochrane Library jusqu’en mars 2015.
  • Les études prospectives sélectionnées pour la méta-analyse devaient avoir évalué l’impact de l’apport en céréales complètes (tous types confondus, ou un type spécifique de céréales complètes) et la mortalité toutes causes confondues, la mortalité cardiovasculaire et la mortalité par cancer.

Résultats

  • 20 études ont été jugées comme pertinentes pour être incluses dans la méta-analyse : 9 études avaient évalué l’impact d’apports totaux en céréales complètes alors que 11 s’étaient intéressées à un type de céréales complètes en particulier.
  • La période durant laquelle les sujets étaient suivis allait de 5,5 ans à 26 ans selon les études.
  • Au global, sur les 2.282.603 sujets inclus, 191.979 sont décédés au cours de la période de suivi, dont 25.595 d’une cause cardiovasculaire, 32.746 d’un cancer, tous cancers confondus et 2.671 d’un cancer spécifique.
Concernant la mortalité toutes causes confondues :
  • La méta-analyse a montré qu’une augmentation des apports totaux en céréales complètes et des apports en un type particulier de céréales complètes (analyse combinée) était significativement associée à une diminution de 13% du risque de mortalité toutes causes confondues, soit un RR de 0,87 ([IC95% : 0,84-0,91], I2=56,6%, p=0,006).
  • L’analyse en sous-groupes a montré que chacun de ces apports réduisait également le risque de décès toutes causes confondues de 11% pour les apports totaux en céréales complètes (RR : 0,89 [0,84-0,94], avec cependant une forte hétérogénéité, I2=65,5%, p=0,008) et de 15% pour la consommation en un type spécifique de céréales complètes (RR : 0,85 [0,81-0,90], I2=0,0%, p=0,45).
  • L’augmentation par trois de la ration quotidienne en céréales complètes (90g/j) était associée à une diminution de 17% de la mortalité toutes causes confondues (RR : 0,83 [0,79-0,88], I2=56%, p<0,001).
Concernant la mortalité d’origine cardiovasculaire :
  • L’apport en céréales complètes, toutes céréales confondues et en un type spécifique de céréales complètes (analyse combinée), était associé à une diminution de la mortalité cardiovasculaire de 16% (0,84 [0,76-0,93], I2 = 33,4%, p=0,11).
  • L’analyse en sous-groupes a montré que les apports totaux en céréales complètes et les apports en un type spécifique de céréales complètes, réduisaient la mortalité cardiovasculaire de 16% et 18% (respectivement, RR de 0,84 [0,76-0,93] et de 0,82 [0,75-0,90]).
  • L’augmentation par trois de la ration quotidienne en céréales complètes (90g/j) était associée à une diminution de 25% de la mortalité cardiovasculaire (RR : 0,75 [0,68-0,83]).
Concernant la mortalité par cancer :
  • Les analyses n’ont pas révélé d’association significative entre la consommation totale de céréales, la consommation en un type spécifique de céréales (analyse combinée) et la mortalité par cancer (RR : 0,94 [0,91-0,98], I2 =0,0%, p=0,51).
  • L’analyse en sous-groupe a montré que l’apport total en céréales complètes était associé à une diminution significative de la mortalité par cancer (RR : 0,94 [0,91-0,98]), mais les analyses ne se sont pas montrées significatives pour les apports par types de céréales complètes (RR : 0,91 [0,72-1,15]).
  • L’augmentation par trois de la ration quotidienne en céréales complètes (90g/j) était associée à une diminution de 10% de la mortalité par cancer (RR : 0,90 [0,83-0,98]).
Enfin, concernant la mortalité par cancer spécifique :
  • L’apport total en céréales complètes et en un type spécifique de céréales complètes était associé à une diminution de la mortalité par cancer de l’estomac, du poumon et par cancer colorectal (respectivement RR de 0,92 [0,81-1,05], RR de 0,74 [0,35-1,58] et de 0,91 [0,55-1,50]). En revanche, le niveau de preuve était modéré (respectivement, I2=0,0%, p=0,85, I2 =76,5%, p=0,04 et I2 = 69,0%, p=0,07).

Limitations

  • La classification des sujets en fonction de leur consommation en céréales complètes a pu être entravée au cours des différentes études et donc retentir sur la méta-analyse notamment pour les études avec un long suivi et pour lesquelles la mesure des apports en céréales complètes s’est faite à l’inclusion uniquement.
  • Le nombre d’études incluses pour analyser les apports totaux en céréales était limité : 5 pour la mortalité toutes causes confondues, 6 pour la mortalité d’origine cardiovasculaire et 3 pour la mortalité par cancer. 
  • Les personnes consommant beaucoup de céréales complètes ont souvent une hygiène de vie plus saine que les autres (activité physique, habitudes alimentaires), ce qui a pu constituer un facteur résiduel de confusion pour cette analyse.

À retenir

Cette méta-analyse basée sur des études prospectives de cohorte a montré une association inverse entre les apports en céréales complètes et la mortalité toutes causes confondues, la mortalité cardiovasculaire et la mortalité par cancer (tous cancers confondus). L’association avec la mortalité par cancer spécifique nécessite d’autres études. Ces résultats supportent les recommandations actuelles sur l’intérêt d’une augmentation de la consommation en céréales complètes en matière de longévité.