Le nombre de décès dus au cancer du pancréas a plus que doublé en 30 ans


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À l’échelle mondiale, le nombre de décès, de cas incidents et d’années de vie corrigées de l’incapacité (AVCI) causés par le cancer du pancréas a que doublé entre 1990 et 2017, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue The Lancet Gastroenterology and Hepatology et présentée à l’occasion de l’édition 2019 de la conférence de l’Association européenne de gastro-entérologie unifiée (United European Gastroenterology).

L’étude internationale, menée par les Collaborateurs contre le cancer du pancréas (Pancreatic Cancer Collaborators) dans le cadre de l’Étude sur la charge mondiale de morbidité (GBD) en 2017, a identifié 448 000 cas incidents de cancer du pancréas dans le monde en 2017, dont 232 000 (51,9 %) chez des hommes. Le taux d’incidence standardisé selon l’âge était de 5,0 cas pour 100 000 personnes-années en 1990 et a augmenté pour atteindre 5,7 cas pour 100 000 personnes-années en 2017.

Une multiplication par 2,3 du nombre de décès chez les deux sexes a été constatée, de 196 000 décès en 1990 à 441 000 en 2017. De façon similaire, le nombre d’AVCI a été multiplié par 2,1 en raison du cancer du pancréas, passant de 4,4 millions à 9,1 millions.

En 2017, les décès par cancer du pancréas étaient principalement attribuables au tabagisme (21,1 %), à un taux élevé de glucose plasmatique à jeun (8,9 %) et à un indice de masse corporelle élevé (6,2 %).

Les auteurs ont averti que la hausse de l’incidence du cancer du pancréas va probablement se poursuivre à mesure que la population vieillit. Ils appellent à la mise en place de stratégies de prévention qui se concentrent sur les facteurs de risque modifiables et affirment la nécessité de programmes de dépistage pour une détection précoce et de stratégies thérapeutiques plus efficaces.