Le nombre de cas rapportés de tularémie est en baisse dans l’UE/EEE


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le nombre de cas rapportés de tularémie zoonotique a diminué de façon significative en Europe, selon un nouveau rapport du Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (European Centre for Disease Prevention and Control, ECDC).

Les données montrent que, pour 2017, 18 pays ont rapporté 447 cas dans l’Union européenne/Espace économique européen (UE/EEE), dont 413 (92 %) ont été confirmés.

11 pays (la Chypre, l’Estonie, la Grèce, l’Irlande, l’Islande, la Lettonie, le Luxembourg, Malte, le Portugal, la Roumanie et le Royaume-Uni) n’ont signalé aucun cas. 2 pays, la Norvège et la Suède, ont représenté 40 % de tous les cas rapportés.

Le taux de notification global pour 2017 était de 0,1 cas pour 100 000 habitants (ratio de cas masculins/féminins de 2,1:1), ce qui représente une diminution significative, par rapport à l’année précédente (0,2 cas pour 100 000 habitants ; n = 1 096).

Bien que les cas rapportés de tularémie aient été réduits de plus de moitié en 2017, par rapport à 2016, l’ECDC a noté que les taux de notification ont varié au sein des États membres et au cours du temps.

Les médecins doivent connaître les différentes présentations cliniques de la tularémie (formes oropharyngée, glandulaire et ulcéro-glandulaire, oculo-glandulaire, pneumonique et typhoïde) et envisager la tularémie comme un diagnostic possible dans tous les cas d’endocardite à culture négative, a déclaré l’ECDC.

L’ingestion d’eau contaminée est la principale voie de transmission de la maladie en Europe. Dans les régions endémiques des pays scandinaves, la tularémie est généralement transmise par piqûres de moustiques.