Le NICE recommande le nératinib dans le cadre du cancer du sein précoce HER2+

  • National Institute for Health and Care Excellence

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • L’Institut national britannique d’excellence en matière de santé et de soins (National Institute for Health and Care Excellence, NICE) recommande désormais l’utilisation systématique du nératinib dans le cadre du cancer du sein précoce (CSp) à récepteur 2 du facteur de croissance épidermique humain positif (Human Epidermal Growth Factor Receptor 2-positive, HER2+), comme ce qui se pratique dans le Service national de santé anglais (National Health Service).
  • Plus précisément, le nératinib est recommandé comme traitement adjuvant prolongé dans l’année suivant la fin du traitement adjuvant par trastuzumab.
  • Deux conditions sont associées à la recommandation du NICE :
    • Le trastuzumab doit être le seul traitement anti-HER2 reçu par les patientes.
    • Les patientes doivent avoir présenté une maladie invasive résiduelle au niveau du sein ou de l’aisselle si elles ont reçu un traitement néoadjuvant par chimiothérapie (et après celui-ci).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le nératinib a reçu une autorisation de mise sur le marché de la Commission européenne en 2018, après la publication de l’essai ExteNET.

Points clés

  • Les deux conditions associées à l’autorisation du nératinib reflètent l’absence de données probantes issues de l’essai ExteNET, chez les patientes ayant reçu du pertuzumab adjuvant en plus du trastuzumab, ainsi que l’exclusion des patientes ayant obtenu une réponse complète pathologique après un traitement néoadjuvant par chimiothérapie.
  • L’essai ExteNET a montré que, dans l’ensemble de la population à l’étude, le nératinib a prolongé la survie sans maladie invasive de 27 % (rapport de risque [RR] : 0,73 ; IC à 95 % : 0,57–0,92), et de 42 % (RR : 0,58 ; IC à 95 % : 0,41–0,82) dans le sous-groupe recevant du nératinib dans l’année suivant la fin du traitement par trastuzumab.
  • 40 % des patientes recevant du nératinib ont présenté une diarrhée sévère, mais cet événement indésirable peut être géré à l’aide d’un traitement prophylactique contre la diarrhée.