Le NCCN publie des recommandations mises à jour concernant le CBNPC

  • Ettinger DS & al.
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 déc. 2019

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network, NCCN) a publié une mise à jour pour 2020 des recommandations relatives au traitement du cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC), en particulier en ce qui concerne l’immunothérapie.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette mise à jour utilise un nouveau système de stratification des traitements systémiques : privilégié, autres options recommandées, ou utile dans certaines circonstances. Ces nouvelles catégories ne remplacent pas les catégories de données probantes et de consensus du NCCN.

Ajouts essentiels

  • Les réarrangements de ROS1 et les mutations de BRAF ont été ajoutés à la liste des biomarqueurs qui doivent être négatifs pour initier une immunothérapie.
  • Dans le cas d’un CBNPC métastatique avec un taux d’expression du ligand 1 de mort cellulaire programmée (Programmed Cell Death-Ligand 1, PD-L1) d’au moins 50 % et une altération moléculaire d’oncogène moteur cible (par ex., EGFR, ALK, ROS1), un traitement de première intention ciblant l’oncogène spécifique doit être administré au lieu d’un traitement de première intention par pembrolizumab en monothérapie.

Autres points essentiels

  • Chez certains patients atteints d’un CBNPC non épidermoïde métastatique, les traitements de première intention sont les associations pembrolizumab/carboplatine (ou cisplatine)/pémétrexed (catégorie 1 ; privilégié).
  • L’association pembrolizumab/chimiothérapie constitue le traitement de première intention du CBNPC non épidermoïde métastatique ou du CBNPC sans autre spécification, sans contre-indications pour l’immunothérapie, ou du CBNPC non épidermoïde sans altérations de l’EGFR, d’ALK, de ROS1 ou de BRAF, indépendamment du taux d’expression de PD-L1 (catégorie 1 ; privilégié).
  • En ce qui concerne le CBNPC non épidermoïde métastatique, sans contre-indications pour l’immunothérapie ou le bévacizumab et sans altérations génétiques de l’EGFR, d’ALK, de ROS1 ou de BRAF, indépendamment du taux d’expression de PD-L1, l’association pembrolizumab/chimiothérapie est classée comme traitement « privilégié » et le schéma bévacizumab/carboplatine/paclitaxel est désormais classé parmi les « autres options recommandées ».