Le NCCN met à jour ses recommandations relatives au cancer colorectal métastatique

  • Messersmith WA
  • J Natl Compr Canc Netw
  • 1 mai 2019

  • Par Emily Willingham, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans cette mise à jour des recommandations relatives à la prise en charge du cancer colorectal métastatique (CCR[m]), le Réseau national américain de lutte contre le cancer (National Comprehensive Cancer Network, NCCN) a apporté des modifications majeures concernant les cancers avancés avec mutation de BRAF, l’autorisation du larotrectinib dans de nombreux types de tissus, ainsi que des informations supplémentaires concernant le dépistage du syndrome de Lynch.

Pourquoi est-ce important ?

  • Ces modifications, qui ont été apportées au cours de l’année passée, concernent la prise en charge du CCRm, l’un des cancers les plus fréquents dans le monde qui est associé à une survie à cinq ans limitée. 

Mises à jour principales

  • Quatre sous-types moléculaires consensuels (SMC 1 à 4) ont été définis, chacun étant associé à des différences de SG. 
  • Des options thérapeutiques ciblant BRAF/MEK et la fusion NTRK (c’est-à-dire, une autorisation non limitée à des tissus spécifiques pour le larotrectinib, un inhibiteur de NTRK) ont été ajoutées.
  • Les recommandations indiquent que la présence d’une mutation de BRAF n’exclut pas un syndrome de Lynch.
  • En ce qui concerne le syndrome de Lynch, un test de dépistage des mutations germinales et une évaluation par immunohistochimie de la réparation des mésappariements (Mismatch Repair, MMR) sont recommandés en cas d’antécédents familiaux de cancer.
  • Un traitement par mFOLFOXIRI et panitumumab a été ajouté dans le cadre du CCRm de stade IV non résécable, uniquement pour les tumeurs à KRAS/NRAS/BRAF de type sauvage situées du côté gauche.
  • Le nivolumab, avec ou sans ipilimumab ou pembrolizumab, est autorisé dans le traitement de deuxième ou troisième intention du CCR avec déficience de la MMR/instabilité microsatellitaire élevée.
  • De nouvelles options sont disponibles pour les traitements d’associations de deuxième intention du CCR avec mutation de BRAF :
    • Dabrafénib, tramétinib, et cétuximab ou panitumumab.
    • Encorafénib, binimétinib, et cétuximab ou panitumumab.