Le misoprostol : une étude pilote montre son bénéfice en cas de saignements de l’intestin grêle sous aspirine

  • Kyaw MH & al.
  • Gastroenterology
  • 1 oct. 2018

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Il est largement admis que l’aspirine contribue à augmenter les risques de saignements gastro-intestinaux. Les résultats présentés ici, et portant sur une étude prospective randomisée, montrent qu’un traitement par misoprostol 200 μg, 4 fois par jour durant 8 semaines, permettait une cicatrisation complète de la muqueuse de l’intestin grêle chez presque 30% des sujets traités par aspirine en continu. Même si la différence de cicatrisation était significativement supérieure sous misoprostol versus placebo, la protection concerne cependant moins d’un tiers des patients. Cette étude de faible envergure constitue une première étape pour de nouvelles recherches afin de mieux prendre en charge les risques de saignements des sujets traités par aspirine de façon chronique.

Pourquoi cette étude a-t-elle été menée ?

Arrêter l’aspirine constitue une mesure idéale en cas d’ulcères ou d’érosions au niveau de l’intestin grêle. Cependant ces patients sont alors exposés à des complications thrombotiques. Après une première étude pilote ayant montré que le misoprostol pouvait aider à la cicatrisation d’ulcères de l’intestin grêle asymptomatiques chez des sujets sous aspirine, ces chercheurs ont souhaité évaluer si cet intérêt était toujours perceptible lorsque les ulcères étaient compliqués de saignements. 

Méthodologie

Étude prospective menée à Hong Kong et au Japon, chez 84 utilisateurs d’aspirine en continu (≤160 mg/j) et souffrant de saignements de l’intestin grêle. Les patients étaient randomisés pour recevoir 4 fois par jour soit 200 μg de misoprostol (n=42) soit un placebo (n=42) durant 8 semaines. Tous les patients continuaient à prendre de l’aspirine à raison de 100 mg une fois par jour.

Principaux résultats

Au total, 92,9% des 42 patients sous misoprostol et 90,5% des 42 patients sous placebo ont pris au moins 70% du traitement auquel ils étaient assignés. Les analyses ont montré une cicatrisation complète de la muqueuse de l’intestin grêle (observée à la vidéo-capsule endoscopique) chez 12 patients du groupe misoprostol et 4 du groupe placebo (soit 28,9% versus 9,5%, p=0,026)). Sur les 30 sujets qui n’ont pas atteint la cicatrisation complète de la muqueuse, 9 avaient des érosions/ulcères profonds, 2 avaient plus de 4 érosions, 13 entre 1 et 4 érosions, et 6 n’ont pas eu de suivi par capsule endoscopique. La diminution du nombre d’érosions ou d’ulcères était significativement plus importante sous misoprostol que sous placebo (de 6,5 à 2 versus de 7 à 4, p=0,005).

Alors que les taux d’hémoglobine étaient similaires dans les deux groupes à l’inclusion, les sujets du groupe traité par misoprostol ont eu une augmentation de l’hémoglobine par rapport à ceux du groupe placebo (différence moyenne de 0,70 mg/dL, p=0,035). Durant la période de l’étude, un pourcentage plus important de patients sous placebo (26,2%) ont eu recours à un inhibiteur de la pompe à proton par rapport au groupe traité par misoprostol (16,7%).

Enfin, il y avait moins d’événements indésirables gastro-intestinaux sous misoprostol que sous placebo.

Principales limitations

L’étude était de faible envergure, et la durée de celle-ci, limitée à 8 semaines n’a peut-être pas permis d’atteindre la cicatrisation complète de la muqueuse.