Le microbiote interagirait également avec l’os !


  • Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un article paru dans la Revue du rhumatisme nous offre l’opportunité d’aborder le rôle du microbiote sur l’os. Celui-ci a été évalué sur des modèles animaux axéniques, c’est-à-dire dépourvus de microbiote, ou chez des animaux dont le microbiote avait été modifié par l’administration d’antibiotiques ou de prébiotiques. D’autres études ont également été menées chez l’homme. Le microbiote agirait sur l’os par l’intermédiaire de son action sur le système immunitaire. En effet, ce dernier intervient dans le contrôle de la densité osseuse par l’intermédiaire du Receptor activator of NFkB (RANK) ligand (RANKL), cytokine qui joue un rôle dans la différenciation des oscléoclastes. Cette cytokine est produite par les cellules mésenchymateuses, les ostéoblastes, les ostéocytes et, en conditions inflammatoires, par les lymphocytes T CD4+. Les LT CD4+ présentent également la particularité de produire l’IL-17 et le TNFalpha qui stimulent l’ostéoclastogenèse. Ainsi, la modification de l’activation des LT CD4+ impacte la différenciation ostéoclastique. Chez l’homme, il a été démontré qu’un contexte inflammatoire était associé à une augmentation de la différenciation des ostéoclastes. Les auteurs rappellent qu’un intestin enflammé active les Th17 (sous population de LT CD4+), favorise l’augmentation des facteurs ostéoclastogéniques RANKL, IL-17 et TNFalpha. La diminution de la densité minérale osseuse a notamment été observée chez des patients atteints de la maladie de Crohn, d’arthrite, de spondyloarthrite ou de psoriasis. Ainsi, le rôle du microbiote intestinal sur la résorption osseuse pourrait notamment passer par la stimulation des lymphocytes Th17.

Certes, plusieurs études cliniques ont suggéré la présence d’une association entre perturbation du microbiote et diminution de la densité minérale osseuse, mais cette dysbiose induit également un déficit nutritionnel par malabsorption intestinale de calcium, de phosphate et de vitamine D. De fait, il est difficile de mettre en évidence un lien direct entre microbiote et densitométrie osseuse.

Le rôle du microbiote sur l’os semble en fait bien plus complexe que cela… Les résultats d’autres études ont montré sur modèle animal axénique ayant été colonisé par un microbiote de souris normal, une augmentation transitoire de la résorption avant une augmentation de la croissance osseuse et normalisation de la masse osseuse. L’effet du microbiote sur l’os serait associé à l’IGF-1, dont les taux sont bas chez les souris axéniques ou traitées aux antibiotiques et augmentent après colonisation du tube digestif ou après un régime riche en acides gras à chaînes courtes. D’autres observations ont mis en évidence que des interactions entre microbiote et hormones sexuelles existent et influenceraient la composition du microbiote et donc impacterait l’ostéogenèse.

Ainsi, il semblerait que le rôle du microbiote sur l’os soit lié à la combinaison de différents facteurs, régime alimentaire, prédisposition génétiques, système immunitaire, mode de vie, médicaments, … Cependant, des études sont encore nécessaires pour bien comprendre les mécanismes en jeu.