Le méthoxyflurane inhalé à faible dose est supérieur à la morphine IV pour le soulagement à court terme de la douleur liée à un traumatisme

  • J Pain Res

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le méthoxyflurane inhalé à faible dose permet un soulagement de la douleur à court terme plus important et plus rapide que la morphine administrée par voie intraveineuse (IV), chez les patients présentant un traumatisme sévère, et entraîne des taux similaires d’événements indésirables (EI).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le méthoxyflurane offre aux cliniciens urgentistes une option non opioïde pour la prise en charge de la douleur liée à un traumatisme.

Protocole de l’étude

  • Une étude de phase IIIb randomisée, contrôlée contre substance active, en groupes parallèles, a été menée en ouvert auprès de 93 patients souffrant d’une douleur traumatique modérée à sévère, qui ont été affectés à un groupe recevant un traitement par méthoxyflurane (n = 49) ou à un groupe recevant un traitement analgésique standard (TAS, morphine IV ; n = 44).
  • Financement : Mundipharma Pharmaceuticals Srl.

Principaux résultats

  • Les patients traités par méthoxyflurane, par rapport à ceux traités par TAS, ont montré :
    • une réduction plus importante à l’échelle visuelle analogique (EVA ; 0–10) de l’intensité de la douleur au cours des 10 premières minutes (différence de traitement moyenne corrigée : -5,54 mm ; P = 0,029) ;
    • une proportion plus élevée de patients présentant une réponse à l’EVA à 5 minutes (P = 0,021) ;
    • un délai médian jusqu’au soulagement de la douleur plus court (9 minutes, contre 15 minutes) ;
    • des taux similaires d’événements indésirables non graves (20,4 % contre 4,8 %).

Limites

  • L’étude n’était pas dotée de la puissance statistique nécessaire pour déterminer la non-infériorité du méthoxyflurane, par rapport au TAS.

Texte rédigé en collaboration avec Vijay Rathod, PhD.