Le méloxicam administré par voie intraveineuse est associé à une diminution de l’utilisation d’opioïdes après une chirurgie orthopédique

  • J Pain Res

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les patients faisant l’objet d’une chirurgie orthopédique qui ont reçu du méloxicam par voie intraveineuse (IV) ont nécessité significativement moins d’opioïdes que ceux ayant reçu un placebo, avec un profil d’événements indésirables (EI) similaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études antérieures avaient révélé que le méloxicam IV permettait un soulagement de la douleur significativement plus important que le placebo.

Protocole de l’étude

  • Il s’agit d’une analyse post-hoc de sous-groupes d’un essai de phase III, multicentrique, randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, qui a évalué la sécurité d’emploi du méloxicam IV chez 379 adultes ayant fait l’objet d’une intervention chirurgicale majeure.
  • Groupes de traitement : administration de méloxicam IV 30 mg ou d’un placebo, sous la forme d’une injection en bolus toutes les 24 heures.
  • Financement : Baudax Bio (anciennement Recro Pharma, Inc.).

Principaux résultats

  • Les EI étaient légers/modérés dans les deux groupes de traitement.
  • Des événements indésirables similaires ont été rapportés dans le groupe méloxicam IV et dans le groupe placebo :
    • Un ou plusieurs EI ont été rapportés chez 64,7 % des patients du groupe méloxicam et chez 68,8 % des patients du groupe placebo.
  • Des EI graves sont survenus chez 2,5 % des patients du groupe méloxicam et chez 4,2 % des patients du groupe placebo.
  • La consommation totale d’opioïdes était significativement plus faible dans le groupe méloxicam IV que dans le groupe placebo :
    •  dose équivalente de morphine IV de 36,8 mg, contre 50,3 mg (P = 0,0081).
  • La consommation d’opioïdes pendant les périodes 0–24 heures (P = 0,0032), 24–48 heures (P = 0,0362), 0–48 heures (P = 0,0032) et 0–72 heures (P = 0,0037) était significativement plus faible dans le groupe méloxicam IV.

Limites

  • L’analyse des sous-groupes ne disposait pas de la puissance statistique suffisante.

L’analyse a été rédigée en collaboration avec Chitra Ravi, MPharm.