Le MCG bénéficie aux personnes atteintes d’un DT2 qui suivent des schémas d’insuline moins intensifs

  • Martens T & al.
  • JAMA

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Par rapport au monitorage du glucose sanguin (MGS) traditionnel, le monitorage continu du glucose (MCG) a permis de réduire significativement le taux d’HbA1c à 8 mois chez les adultes atteints d’un diabète de type 2 (DT2) qui n’atteignaient pas leurs objectifs en utilisant de l’insuline basale mais pas de l’insuline préprandiale.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le rôle du MCG chez les patients atteints d’un DT2 qui suivent des schémas d’insuline moins intensifs n’est pas clairement établi.

Méthodologie

  • Un essai clinique a été mené dans 15 centres aux États-Unis. Il a inclus 175 participants atteints d’un DT2, pris en charge dans le cadre des soins en médecine générale, qui n’atteignaient pas le taux d’HbA1c cible avec 1 ou 2 injections quotidiennes d’insuline à longue durée d’action ou d’insuline à durée d’action intermédiaire, mais pas d’insuline à courte durée d’action.
  • Les participants ont été affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’un MGS (n = 59) ou d’un MCG (n = 116) pendant 8 mois.
  • Financement : DexCom Inc.

Principaux résultats

  • Le taux moyen d’HbA1c a diminué de 9,1 % à 8,0 % avec le MCG, et de 9,0 % à 8,4 % avec le MGS.
    • Différence corrigée de la variation moyenne du taux d’HbA1c : -0,4 % (P = 0,02).
  • Le pourcentage moyen du temps passé avec un taux de glucose compris dans l’intervalle cible de 70 à 180 mg/dl était de 59 %, contre 43 % (15 % ; P < 0,001), soit environ 3,6 heures en plus/jour.
  • Pour un taux de glucose supérieur à 250 mg/dl : 11 %, contre 27 % (-16 % ; P < 0,001), soit environ 3,8 heures en moins/jour.
  • Les taux moyens de glucose étaient de 179 mg/dl avec le MCG, contre 206 mg/dl avec le MGS (-26 mg/dl ; P < 0,001).
  • Une hypoglycémie grave est survenue chez un participant (1 %) avec le MCG, contre un (2 %) avec le MGS.

Limites

  • La durée de suivi était courte.
  • Certaines données sont manquantes à 8 mois en raison de la pandémie de maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).
  • Les conditions de l’étude pourraient ne pas refléter la pratique clinique de routine.