Le lourd budget santé des Français


  • JIM Vu par vos patients
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Chaque année, des sondages mettent en lumière un phénomène croissant dans la société française : le fait de devoir renoncer à des soins médicaux pour des raisons financières. Selon une enquête CSA publié hier par Le Parisien-Aujourd'hui en France, trois Français sur dix ont renoncé à se faire soigner au cours des 12 derniers mois. Les catégories de population les plus concernées par ce renoncement sont les ouvriers (41 %), les moins de 35 ans (36 %) ou encore les habitants du Sud-Est (37 %). À l'inverse, 81 % des cadres et professions libérales, 78 % des retraités et 73 % des 35 ans déclarent ne pas renoncer à des soins pour raison financière.

Dans 51 % des cas, les sondés ayant renoncé à des soins citent un reste à charge « trop élevé ». Les autres raisons données sont le manque de moyens pour avancer les honoraires ou les dépassements (38 %) et une « couverture mutuelle » insuffisante (29 %). Les soins dentaires sont les plus cités (67 %), devant les soins d'optique (34 %) et les actes pratiqués par des médecins spécialistes (16 %) ; 67 % des personnes interrogées ont déjà entendu parler du « reste à charge zéro » pour les lunettes, les soins dentaires et les appareils auditifs prévu à partir de 2021. Mais, selon 9 personnes sur 10, cette mesure aura un impact sur le prix des mutuelles.

Malgré d'autres mesures comme l'aide à la complémentaire santé, la généralisation des complémentaires d'entreprises et les « contrats responsables », 57 % des Français ont le sentiment que les frais de santé pèsent de plus en plus lourd dans leur budget depuis cinq ans. Ils consacrent en moyenne 715 euros par an à ces dépenses, dont 232 euros restent à leur charge. Et près d'un français sur 5 affirme avoir eu des difficultés pour faire face à ces dépenses au cours des douze derniers mois…