Le jus de tomate pourrait aider à réduire le risque de maladies cardiovasculaires


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

La consommation de jus de tomate non salé pourrait aider à réduire la pression artérielle (PA) et le cholestérol à lipoprotéines de basse densité (low-density lipoprotein cholesterol, LDL-C) chez les personnes à risque de maladies cardiovasculaires (MCV). C’est ce que suggère une nouvelle recherche publiée dans la revue Food Science & Nutrition.

Dans le cadre de l’étude, les chercheurs ont examiné les effets de la consommation de jus de tomate non salé sur les marqueurs du risque cardiovasculaire chez 481 participants japonais. Parmi eux, 260 ont également participé à une étude détaillée sur les facteurs liés au mode de vie.

Les participants ont reçu autant de jus de tomate non salé qu’ils le désiraient pendant la totalité de la période de l’étude qui a duré 1 an, et la plupart d’entre eux en ont consommé environ 200 ml quotidiennement.

Les chercheurs ont comparé la PA avant et après la période de l’étude chez 94 participants atteints d’une préhypertension ou d’une hypertension non traitée et ont découvert que la PA systolique (PAS) moyenne ainsi que la PA diastolique (PAD) moyenne étaient significativement abaissées après une consommation de jus de tomate pendant 1 an. La PAS a diminué de 141,2 ± 12,1 à 137,0 ± 16,3 mmHg (P = 0,003), tandis que la PAD a diminué de 83,3 ± 10,1 à 80,9 ± 11,1 mmHg (P = 0,012 ; test t apparié). Chez 127 participants atteints d’une dyslipidémie non traitée, le taux moyen de LDL-C sérique a significativement diminué, passant de 155,0 ± 23,2 à 149,9 ± 25,0 mg/dl (P = 0,005 ; test t apparié).

Les auteurs ont indiqué que le jus de tomate pourrait s’avérer pratique en tant qu’intervention nutritionnelle pour prévenir les MCV chez les personnes à risque.