Le glucagon intranasal est-il aussi efficace que sous sa forme injectable ?

  • Pontiroli AE & al.
  • Acta Diabetol
  • 6 févr. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le glucagon intranasal (IN) n’est pas inférieur au glucagon intramusculaire (IM)/sous-cutané (SC) dans le cadre de la résolution de l’hypoglycémie, du moins chez les patients conscients atteints d’un diabète de type 1 (DT1), et son administration est plus facile.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’hypoglycémie sévère augmente les risques d’accidents cardiovasculaires, de chutes/traumatismes et d’atteinte cognitive, tandis que la peur de l’hypoglycémie limite le contrôle glycémique optimal.
  • Le glucagon en poudre pour administration intranasale a été approuvé aux États-Unis et en Europe en 2019.

Protocole de l’étude

  • Une méta-analyse a été réalisée à partir de 8 études ayant impliqué 467 traitements chez 269 patients atteints d’un DT1 et ayant comparé la résolution de l’hypoglycémie avec le glucagon IM/SC et le glucagon IN.
  • Financement : ministère de la Santé, Italie.

Principaux résultats

  • Le rapport de cotes (RC) pour le glucagon IN, par rapport au glucagon IM/SC, était de 0,61 (IC à 95 % : 0,13–2,82).
  • Un échec de traitement est survenu une fois dans chacune des quatre études.
  • Dans une simulation ayant ajouté 1 échec à chaque bras dans les 4 études restantes, les deux formes de glucagon n’ont pas présenté de différence : 
    • RC = 0,80 (IC à 95 % : 0,28–2,32).
  • Les RC étaient de 0,76 (IC à 95 % : 0,13–4,32) chez les patients pédiatriques et de 0,80 (IC à 95 % : 0,18–3,45) chez les patients adultes.
  • Les effets secondaires gastro-intestinaux (nausées et vomissements) et les céphalées étaient légèrement moins nombreux avec le glucagon IN qu’avec le glucagon IM, tandis que les effets secondaires locaux (irritation nasale, larmoiement oculaire) étaient légèrement plus nombreux avec le glucagon IN qu’avec le glucagon IM.

Limites

  • Peu de centres.
  • Dans la plupart des études, de l’insuline a été injectée pour induire une hypoglycémie.
  • Aucun patient inconscient n’a été étudié.