Le génotype est associé aux résultats dans le cadre du cancer de la prostate à faible volume

  • Hearn JWD & al.
  • JAMA Oncol
  • 13 févr. 2020

  • Par Deepa Koli
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Chez les patients atteints d’un cancer de la prostate métastatique à faible volume, un génotype de HSD3B1 ayant un effet permissif sur les surrénales est associé à une résistance à la castration plus précoce et à une survie globale (SG) plus courte.
  • Le docétaxel est associé à une amélioration de la survie sans cancer de la prostate résistant à la castration (CPRC) et de la SG dans le cas d’une maladie à grand volume, indépendamment du génotype de HSD3B1.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le génotype de HSD3B1 peut être utilisé pour stratifier les patients présentant une maladie à faible volume dans de futurs essais.

Protocole de l’étude

  • L’essai de phase III E3805 CHAARTED a été mené auprès de 790 patients (âge moyen : 63 ans) atteints d’un CPRC métastatique nouvellement diagnostiqué, affectés de manière aléatoire pour faire l’objet d’un traitement par privation androgénique avec ou sans docétaxel.
  • Financement : Institut national américain du cancer (National Cancer Institute).

Principaux résultats

  • Durée de suivi médiane :
    • groupe à faible volume : 64,4 mois ;
    • groupe à grand volume : 42,6 mois.
  • Chez les patients atteints d’une maladie à faible volume, le génotype à effet permissif sur les surrénales, comparativement au génotype à effet restrictif, était associé à une réduction significative de :
    • la survie sans CPRC à 2 ans : 51,0 % contre 70,5 % (P = 0,01) ;
    • la SG à 5 ans : 57,5 % contre 70,8 % (P = 0,03).
  • Le génotype à effet permissif sur les surrénales était associé à un risque plus élevé de CPRC (rapport de risque [RR] corrigé : 1,89 ; P = 0,02) et de mortalité (RR corrigé : 1,74 ; P = 0,045) dans le cadre de la maladie à faible volume.
  • Dans le cadre de la maladie à grand volume, aucune différence n’a été observée au niveau de la survie sans CPRC à 2 ans (P = 0,89) et de la SG à 5 ans (P = 0,65) entre les deux génotypes.
  • Le docétaxel était associé à une augmentation de la survie sans CPRC et de la SG dans le cadre de la maladie à grand volume :
    • génotype à effet permissif sur les surrénales : P 
    • génotype à effet restrictif sur les surrénales : P = 0,003 et P = 0,008, respectivement.

Limites

  • Seuls des hommes d’origine ethnique blanche étaient inclus.