Le ganglioside-monoacide sialique réduit la neuropathie périphérique induite par les taxanes

  • Su Y & al.
  • J Natl Cancer Inst
  • 15 mai 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le ganglioside-monoacide sialique (GM1), un glycolipide naturellement neuroprotecteur, réduit la sévérité et l’incidence de la neuropathie périphérique induite par les taxanes (NPIT), chez les femmes atteintes d’un cancer du sein précoce.

Pourquoi est-ce important ?

  • La NPIT est un événement indésirable difficile à traiter et limitant la dose qui peut entraîner une interruption du traitement.

Protocole de l’étude

  • Un essai contrôlé randomisé en double aveugle a été mené auprès de 206 patients dans 6 hôpitaux chinois pour comparer une perfusion de GM1 (80 mg) et une perfusion de placebo, démarrée 1 jour avant le début d’une chimiothérapie à base de taxanes à doses standards et durant 2 jours supplémentaires.
  • Critère d’évaluation principal : score de la sous-échelle de l’évaluation fonctionnelle du traitement du cancer pour la neurotoxicité (Functional Assessment of Cancer Treatment Neurotoxicity [FACT-Ntx] ; intervalle : 0–44 ; un score plus élevé indique une NPIT moins sévère) après 4 cycles de chimiothérapie.
  • Financement : Qilu Pharmaceutical ; Centre de lutte contre le cancer de l’Université Sun Yat-sen.

Principaux résultats

  • Le groupe GM1 a rapporté des scores plus élevés pour la sous-échelle FACT-Ntx que le groupe placebo (43,27 [IC à 95 % : 43,05–43,49], contre 34,34 [IC à 95 % : 33,78–34,89]), avec une différence moyenne de 8,96 (IC à 95 % : 8,38–9,54 ; P 
  • L’incidence de neurotoxicité de grade supérieur ou égal à 1 était inférieure dans le groupe GM1, d’après deux mesures secondaires :
    • les critères communs de terminologie pour les effets indésirables (Common Terminology Criteria for Adverse Effects, CTCAE), version 4.0 (14,3 % contre 100,0 % ; P 
    • l’échelle de la neuropathie du Groupe coopératif d’experts en oncologie de la côte Est des États-Unis (Eastern Cooperative Oncology Group) pour la sous-échelle de la neuropathie sensorielle (26,4 % contre 97,8 % ; P 

Limites

  • La QdV et la récidive de la tumeur n’ont pas été évaluées.