Le fardeau pathologique de la dermatite atopique en Europe


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les résultats d’une nouvelle étude ayant exploré le fardeau pathologique de la dermatite atopique (DA) en Europe suggèrent, selon les chercheurs, la nécessité de stratégies de prise en charge plus efficaces. 

L’étude a analysé les données de l’Enquête nationale sur la santé et le bien-être menée en 2016 en France, en Allemagne, en Italie, en Espagne et au Royaume-Uni. Les patients atteints d’une DA autodéclarée (n = 1 860) ont été appariés à des témoins sans DA (n = 1 860). Le groupe de la DA comprenait un sous-ensemble de 441 patients dont les scores à l’Indice de qualité de vie en dermatologie (Dermatology Life Quality Index) les catégorisaient comme ayant une DA contrôlée de manière inappropriée (DA-CI ; n = 58) ou une DA contrôlée (DA-C) (n = 383). 

L’étude a révélé que les comorbidités autodéclarées étaient significativement plus prévalentes chez les patients atteints d’une DA et d’une DA-CI, par rapport aux témoins sans DA. La dépression était plus prévalente chez les patients atteints d’une DA, par rapport aux témoins, de même que l’anxiété et les troubles du sommeil.

Les patients atteints d’une DA et d’une DA-CI avaient une qualité de vie liée à la santé significativement réduite. Les visites au service des urgences et les visites chez le médecin étaient également plus nombreuses chez les patients atteints d’une DA que chez les témoins. Parmi les patients atteints d’une DA, ceux présentant une DA-CI ont démontré un fardeau plus élevé concernant la plupart des critères d’évaluation que les patients atteints d’une DA-C.

Les résultats ont été publiés dans la revue Journal of the American Academy of Dermatology