Le fardeau de la TB diminue, mais pas assez rapidement selon l’OMS


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un nouveau rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a découvert que même si les personnes qui ont contracté la tuberculose (TB) et qui en sont décédées ont été moins nombreuses l’année dernière, la TB reste l’une des maladies infectieuses les plus meurtrières au monde.

Le rapport mondial sur la tuberculose 2018 de l’OMS montre qu’en 2017, environ 10 millions de personnes ont contracté la TB. Les décès dus à la TB se sont élevés à 1,6 million, dont 300 000 parmi des personnes positives au VIH. 

Il est estimé qu’environ 558 000 personnes ont contracté une forme de TB au moins résistante à la rifampicine. À l’échelle mondiale, 160 684 cas de TB multirésistante ou de TB résistante à la rifampicine (TB-MR/TB-RR) ont été détectés et signalés, soit une faible augmentation par rapport à l’année précédente. 

La publication du rapport intervient quelques jours avant la toute première réunion de haut niveau de l’Organisation des Nations unies sur la TB. Le document invite instamment les dirigeants politiques qui participeront à l’événement à prendre des mesures décisives pour aider à atteindre l’objectif consistant à mettre fin à la TB d’ici 2030. 

« Nous devons veiller à ce que ce rapport et les engagements que les dirigeants des pays prendront la semaine prochaine lors de la réunion de haut niveau sur la TB se traduisent dans les faits », a déclaré le Dr Eric Goosby, envoyé spécial de l’ONU pour la TB. « Il est tout aussi important de demander des comptes à nos dirigeants sur les mesures qu’ils promettent de prendre. Et nous devons considérer qu’il en va de notre responsabilité de maintenir la pression. »