Le fait d’être une « lève-tôt » est associé à un risque plus faible de cancer du sein

  • Richmond RC & al.
  • BMJ
  • 26 juin 2019

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Il pourrait y avoir un lien de causalité entre le fait d’être une lève-tôt et la protection contre le cancer du sein, tandis qu’une durée de sommeil longue pourrait en augmenter le risque, d’après une analyse de randomisation mendélienne (RM) réalisée à partir de deux grands ensembles de données britanniques.

Pourquoi est-ce important ?

  • Veuillez envisager d’informer les patientes que certaines caractéristiques du sommeil sont des facteurs de risque modifiables.

Protocole de l’étude

  • Des analyses de RM (qui explorent les associations de causalité) ont été réalisées à partir de la biobanque prospective du Royaume-Uni (n = 7 784 cas de cancer du sein) et du Consortium d’associations de lutte contre le cancer du sein (Breast Cancer Association Consortium [BCAC] ; 122 977 cas ; 105 974 individus témoins).
  • Caractéristiques du sommeil : le chronotype (avoir une préférence pour le matin ou le soir), l’insomnie, la durée du sommeil dans la régression multivariée (biobanque du Royaume-Uni).
  • L’analyse de RM utilise des polymorphismes de nucléotides simples (Single-Nucleotide Polymorphisms, SNP) associés à des caractéristiques spécifiques du sommeil dans des études d’associations pangénomiques (biobanque du Royaume-Uni et BCAC).
  • Financement : Instituts nationaux américains de la santé (National Institutes of Health, NIH) ; autres.

Principaux résultats

  • Avoir une préférence pour le matin, plutôt que pour le soir, était inversement associé au développement d’un cancer du sein incident dans l’analyse de régression multivariée de la biobanque du Royaume-Uni (rapport de risque [RR] : 0,95 ; IC à 95 % : 0,93–0,98/catégorie supérieure).
  • Dans l’analyse de RM à échantillon unique de la biobanque du Royaume-Uni, 341 SNP associés au chronotype ont appuyé l’effet protecteur lié à la préférence pour le matin (RR : 0,85 ; IC à 95 % : 0,70–1,03/catégorie supérieure).
  • Dans le cadre du BCAC, l’analyse de RM à deux échantillons a appuyé l’effet protecteur lié à la préférence pour le matin (rapport de cotes [RC] : 0,88 ; IC à 95 % : 0,82–0,93/catégorie supérieure) et l’effet indésirable lié à une durée de sommeil plus longue (plus de 8 heures contre 7–8 heures ; RC : 1,19 ; IC à 95 % : 1,02–1,39/heure supplémentaire).
  • Dans les deux bases de données, l’insomnie n’avait aucun lien avec le cancer du sein.

Limites

  • Les caractéristiques du sommeil étaient autodéclarées.