Le dulaglutide est associé à une réduction de l’atteinte cognitive dans le cadre du DT2

  • Cukierman-Yaffe T & al.
  • Lancet Neurol
  • 1 juil. 2020

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le dulaglutide, un agoniste des récepteurs du glucagon-like peptide 1 (GLP-1) à effet hypoglycémiant, pourrait réduire l’atteinte cognitive chez les personnes de 50 ans ou plus atteintes d’un diabète de type 2 (DT2).

Pourquoi est-ce important ?

  • Le diabète est un facteur de risque indépendant d’atteinte cognitive.

Protocole de l’étude

  • Des données ont été collectées sur 8 828 participants âgés de 50 ans ou plus à l’essai REWIND, un essai international multicentrique randomisé, en double aveugle et contrôlé par placebo, mené auprès de patients atteints d’un DT2 qui présentaient un taux d’HbA1c inférieur ou égal à 9,5 % et des facteurs de risque cardiovasculaire supplémentaires.
  • La fonction cognitive a été évaluée à l’inclusion, aux visites de l’étude à 2 ans et 5 ans, et à la visite de fin d’étude.
  • Évaluations : Évaluation cognitive de Montréal (Montreal Cognitive Assessment, MoCA), test de substitution chiffres-symboles (Digit Symbol Substitution Test, DSST).
  • Financement : Eli Lilly and Company.

Principaux résultats

  • Incidence du résultat cognitif retenu pour le critère d’évaluation principal (première survenue lors du suivi d’un score au test MoCA ou au test DSST de 1,5 écart-type ou plus en dessous du score moyen à l’inclusion dans le pays du participant) :
    • 4,05 pour 100 patients-années avec le dulaglutide, contre
    • 4,35 pour 100 patients-années avec le placebo.
    • Rapport de risque corrigé (RRc) : 0,93 (P = 0,11).
  • Après une correction post-hoc pour prendre en compte les scores standardisés aux tests MoCA et DSST à l’inclusion, les patients du groupe dulaglutide présentaient un risque 14 % plus faible d’atteinte cognitive substantielle (ACS), par rapport à ceux qui avaient été affectés au placebo (RRc : 0,86 ; P = 0,0018).

Limites

  • Données exploratoires.
  • Intervalle de deux ans entre le test effectué à l’inclusion et le premier test qui a suivi.
  • La correction du résultat concernant l’ACS pour prendre en compte les scores à l’inclusion n’était pas prédéfinie.
  • Seuls deux tests cognitifs ont été utilisés.
  • Aucune information concernant l’état cognitif des patients avant l’étude.