Le DST2 est associé au risque de CCR chez les hommes, mais pas chez les femmes

  • Br J Cancer

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le diabète sucré de type 2 (DST2) a été associé à une hausse significative du risque de cancer colorectal (CCR) chez les hommes, mais seulement à une légère augmentation non significative chez les femmes.

Pourquoi est-ce important ?

  • Même si les études suggèrent un lien entre le DST2 et le risque de CCR, il existe peu de données sur l’effet de la durée du DST2 ou sur l’effet selon le sexe.

Protocole de l’étude

  • 87 523 femmes issues de l’étude sur la santé du personnel infirmier et 47 240 hommes issus de l’étude de suivi des professionnels de santé.
  • Financement : aucun.

Principaux résultats

  • 3 000 cases de CCR (1 790 chez des femmes, 1 210 chez des hommes) durant 3 547 837 personnes-années de suivi.
  • Parmi les patients atteints d’un CCR, 159 femmes et 81 hommes présentaient un DST2.
  • Chez les hommes, le DST2 a été associé à un risque accru de cancer colorectal incident dans l’analyse multivariée (RRc : 1,42 ; IC à 95 % : 1,12–1,81).
    • L’association était toujours manifeste après l’exclusion des cas de CCR diagnostiqués dans un délai d’un an par rapport au diagnostic de DST2 (RRc : 1,40 ; IC à 95 % : 1,10–1,78).
  • Chez les femmes, le DST2 a montré une légère association non significative sur le plan statistique avec le risque de CCR (RR : 1,17 ; IC à 95 % : 0,98–1,39).
  • Le risque de CCR n’a pas varié en fonction de la durée du DST2, que ce soit chez les hommes ou les femmes.

Limites

  • Données limitées sur le traitement du diabète ou le contrôle du glucose.