Le DS chez la mère est associé à l’hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né

  • Shu LP & al.
  • Can J Diabetes
  • 31 oct. 2019

  • Par Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le diabète sucré (DS) chez la mère est associé à un risque accru d’hypertension pulmonaire persistante du nouveau-né (HPPN).
  • L’HPPN doit être envisagée chez les bébés atteints d’hypoxémie réfractaire qui sont nés de mères atteintes de diabète.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’HPPN est une cause importante d’insuffisance respiratoire et même de décès chez les nouveau-nés.

Protocole de l’étude

  • Une revue systématique a identifié 5 cohortes observationnelles et 2 études cas-témoins ayant inclus 5 083 cas d’HPPN.
  • Financement : Fondation nationale des sciences naturelles de Chine et administration municipale du programme hospitalier de la jeunesse de Pékin, entre autres.

Principaux résultats

  • L’incidence de l’HPPN était environ de 0,2 % et était significativement plus élevée (~6 %) chez les nourrissons prématurés ayant un âge gestationnel inférieur à 28 semaines.
  • Par rapport aux mères sans diabète, le risque relatif corrigé (RRc) combiné d’HPPN pour les mères atteintes de diabète (diabète préexistant ou gestationnel) était de 1,37 (IC à 95 % : 1,23–1,51).
  • L’association était significative dans les études cas-témoins (RRc : 1,91 ; IC à 95 % : 1,02–2,79) et dans les études de cohorte (RRc : 1,36 ; IC à 95 % : 1,22–1,50).
  • Après l’exclusion d’une seule étude portant sur des nourrissons extrêmement prématurés, une association significative entre le diabète chez la mère et l’HPPN a perduré dans les 6 études menées auprès de nourrissons peu prématurés (RRc : 1,42 ; IC à 95 % : 1,28–1,56), sans signes d’hétérogénéité.

Limites

  • Possibilité d’un biais de sélection.
  • Des informations manquaient concernant des variables telles que le poids, les médicaments et le mode de vie.
  • Le degré de correction visant à prendre en compte les facteurs de confusion variait entre les différentes études.