Le doute plane sur le bénéfice de la surveillance systématique de l’ACFA après un AVC aigu

  • Haeusler KG & al.
  • Lancet Neurol

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • La surveillance prolongée et systématique par électrocardiogramme (ECG) chez les patients hospitalisés pour cause d’accident vasculaire cérébral (AVC) ischémique aigu augmente la détection des cas d’arythmie complète par fibrillation atriale (ACFA), mais ne permet pas d’améliorer le taux d’utilisation d’anticoagulants et les résultats cardiovasculaires.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’ACFA multiplie par 4 ou 5 le risque d’AVC.
  • Éditorial : les résultats ne doivent pas décourager une surveillance prolongée ; une période d’une semaine pourrait ne pas être suffisante pour de nombreux patients, tandis que d’autres patients pourraient avoir besoin d’une surveillance de plusieurs années, ce que des appareils vestimentaires non invasifs pourraient permettre à terme.

Principaux résultats

  • Le groupe de l’intervention présentait plus souvent une ACFA nouvellement détectée à l’hôpital :
    • Taux : 5,8 %, contre 4,0 %.
    • Rapport de risque (RR) : 1,4 (IC à 95 % : 1,0–2,0).
  • Les groupes étaient similaires concernant le taux de patients sous traitement anticoagulant oral à 12 mois :
    • Taux : 13,7 %, contre 11,8 %.
    • Rapport de cotes (RC) : 1,2 (IC à 95 % : 0,9–1,5).
  • Les groupes étaient également similaires concernant le critère d’évaluation composite regroupant l’AVC récidivant, l’infarctus du myocarde, les saignements majeurs et la mortalité toutes causes confondues à 24 mois :
    • Taux : 13,5 %, contre 14,5 %.
    • RR : 0,9 (IC à 95 % : 0,8–1,1).
  • La mortalité toutes causes confondues était plus faible dans le groupe de l’intervention à 24 mois :
    • Taux : 4,3 %, contre 6,0 %.
    • RC : 0,7 (IC à 95 % : 0,5–0,9).
  • 3,3 % des patients du groupe de l’intervention ont présenté des réactions cutanées dues aux électrodes de l’ECG.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé multicentrique a été mené auprès de 3 465 adultes en Allemagne ayant subi un AVC ischémique aigu ou un accident ischémique transitoire sans ACFA connue (essai MonDAFIS).
  • Randomisation : les actes diagnostiques habituels pour la détection de l’ACFA (groupe témoin) ou un enregistrement ECG supplémentaire par la méthode de Holter pendant un maximum de sept jours à l’hôpital (groupe de l’intervention).
  • Critère d’évaluation principal : l’utilisation d’un traitement anticoagulant oral.
  • Financement : Bayer Vital.

Limites

  • Les patients n’ont pas été sélectionnés en fonction d’autres facteurs de risque.
  • L’essai a été mené en ouvert.
  • Les deux groupes ont fait l’objet d’une surveillance supplémentaire par la méthode de Holter en dehors de l’étude.