Le double visage des opioïdes


  • Serge Cannasse
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Amélioration de la prise en charge de la douleur

En 2015, presque dix millions de Français (9.966.944, soit 17,1% de la population) ont reçu un antalgique opioïde sur prescription médicale. Le plus consommé est le tramadol. Il est passé de 7,51 à 11,2 DDJ/1.000 habitants/jour, soit une augmentation de 68% entre 2006 et 2017 (DDJ : dose définie journalière). Il est suivi par la codéine en association, la poudre d’opium associée au paracétamol, puis par la morphine, l’oxycodone, le fentanyl transdermique et transmuqueux à action rapide.

Entre 2006 et 2017, les prescriptions d’opioïdes forts ont augmenté d’environ 150%, alors que celles des opioïdes faibles est restée relativement stable. La plus forte augmentation de consommation a été celle de l’oxycodone, qui est passée de 0,1 à 1 DDJ/1.000 hab/j, soit + 738% entre 2006 et 2017, proche de celle du sulfate de morphine, l’opioïde fort le plus consommé. Le retrait du marché du dextropropoxyphène en 2011 a été suivi d’une augmentation de la consommation des autres opioïdes faibles, en particulier le tramadol.

Les premiers prescripteurs sont les généralistes (86,3% des opioïdes faibles et 88,7% des opioïdes forts), qui sont les initiateurs du traitement dans 59,1% des cas pour les opioïdes faibles et 62,9% pour les opioïdes forts. Ils sont suivis par les dentistes, les rhumatologues et les chirurgiens orthopédistes. L’initiation du traitement est faite par un hospitalier pour 20,1% des opioïdes faibles et 21% des opioïdes forts.

Pour l’ANSM, ces chiffres sont un indicateur d’amélioration de prise en charge de la douleur, sachant que les antalgiques les plus consommés en 2017 sont non-opioïdes (78% : paracétamol, aspirine, anti-inflammatoires non stéroïdiens), suivis par les opioïdes faibles (20%) et les opioïdes forts (2%).

Augmentation du nombre d’effets indésirables dus aux opioïdes

Cependant, entre 2000 et 2017, le nombre d’hospitalisations liées à la consommation d’opioïdes obtenus sur prescription médicale a augmenté de 15 à 40 hospitalisations pour un million d’habitants. Le taux de notifications d’intoxication aux opioïdes est passé de 44/10.000 à 87/10.000 de l’ensemble des notifications entre 2005 et 2016. Les trois substances les plus impliquées étaient le tramadol, la morphine et l’oxycodone.

Le nombre de décès liés à la consommation d’opioïdes a augmenté de 1,3 à 3,2 décès pour un million d’habitants entre 2000 et 2015, avec au moins 4 décès par semaine.

La part des usages problématiques des opioïdes a plus que doublé (part rapportée au réseau d’addictovigilance), le tramadol étant le premier impliqué.

Pour l’ANSM, la situation est encore loin d’être celle qui sévit aux États-Unis, grâce aux modalités de prise en charge et de surveillance par les prescripteurs et à l’accès contrôlé à ces médicaments. L’agence invite cependant les médecins à la plus grande vigilance : information des patients sur le traitement et son arrêt, surveillance des risques, même si l’ordonnance a été établie dans le respect de l’autorisation de mise sur le marché.