Le diagnostic d’infertilité est associé à un risque accru de morbidité maternelle sévère pendant la grossesse

  • Am J Obstet Gynecol

  • Par Elisabeth Aron, MD, MPH, FACOG
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Les femmes ayant reçu un diagnostic d’infertilité qui tombent enceintes ont un risque accru de morbidité maternelle sévère.

Pourquoi est-ce important ?

  • La morbidité maternelle sévère constitue un problème de préoccupation mondiale.

Principaux résultats

  • La morbidité maternelle sévère était plus élevée dans le cas d’un diagnostic d’infertilité qu’en l’absence d’un tel diagnostic : rapport de cotes corrigé [RCc] de 1,22 (IC à 95 % : 1,14–1,31).
  • Les femmes ayant reçu un diagnostic d’infertilité étaient plus susceptibles d’avoir un accouchement par césarienne (43 % contre 33 %) et une naissance prématurée (7,4 % contre 5,5 %) que celles n’ayant pas reçu un tel diagnostic.
  • Les femmes ayant reçu un diagnostic d’infertilité étaient également plus susceptibles d’avoir 8 indicateurs de morbidité maternelle sévère sur 25, notamment :
    • une détresse respiratoire : 0,22 % contre 0,14 % ;
    • une coagulation intravasculaire disséminée : 0,75 % contre 0,44 % ;
    • un œdème pulmonaire : 0,22 % contre 0,08 % ;
    • une insuffisance cardiaque peropératoire : 0,40 % contre 0,17 % ; et
    • une embolie thrombotique : 0,31 % contre 0,13 %.
  • Chez les femmes n’ayant pas reçu de diagnostic d’infertilité, les femmes d’origine ethnique noire présentaient un risque accru de morbidité maternelle sévère, par rapport aux femmes d’origine ethnique blanche.
  • Chez les femmes ayant reçu un diagnostic d’infertilité, les femmes d’origine ethnique noire et les femmes d’origine ethnique blanche présentaient un risque similaire de morbidité maternelle sévère.

Protocole de l’étude

  • Une étude de cohorte rétrospective a été menée.
  • La cohorte était issue de la base de données anonyme Clinformatics Data Mart d’Optum, une base de données de demandes de remboursement adressées à des assurances maladie privées, entre 2003 et 2015.
  • Le critère d’évaluation principal était la morbidité maternelle sévère, telle que définie par les Centres de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis (Centers for Disease Control and Prevention, CDC ; inclut tout indicateur, parmi 25, présent durant l’accouchement et jusqu’à 6 semaines postpartum).
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Limites

  • Faible incidence de la morbidité maternelle sévère.
  • Biais de sélection possible ; toutes les patientes bénéficiaient d’une assurance maladie privée.