Le diabète gestationnel pourrait doubler le risque de dépression du postpartum


  • Dawn O'Shea
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les mères diagnostiquées d’un diabète gestationnel (DG) pourraient avoir un risque élevé de développer des symptômes de dépression du postpartum, selon une nouvelle étude finlandaise.

La recherche, qui devrait paraître plus tard cette année dans la revue Journal of Affective Disorders, a analysé les données de 1 066 femmes sans troubles de santé mentale antérieurs qui ont été incluses dans l’étude de cohorte de naissance de Kuopio (KuBiCo). Le DG a été diagnostiqué selon les recommandations finlandaises en matière de soins cliniques et les symptômes dépressifs ont été évalués à l’aide de l’échelle de dépression postnatale d’Édimbourg (Edinburgh Postnatal Depression Scale, EPDS) au cours du troisième trimestre de grossesse et à huit semaines postpartum. Un sous-groupe de femmes (n = 505) a également fait l’objet d’une évaluation par l’EPDS au cours du premier trimestre de grossesse.

La prévalence globale de DG et de symptômes de dépression du postpartum (SDPP) a été de 14,1 % et de 10,3 %, respectivement. Le DG a été associé à une probabilité plus élevée de SDPP (rapport de cotes [RC] : 2,23 ; IC à 95 % : 1,23–4,05), quelle que soit la symptomatologie dépressive durant la grossesse. L’association entre le DG et un risque plus élevé de SDPP a été significative après la prise en compte de la symptomatologie dépressive du premier trimestre.

Selon les auteurs, d’autres études sont nécessaires pour déterminer si ces femmes bénéficieraient d’un suivi plus étroit et d’interventions de soutien durant la grossesse et la période du postpartum pour prévenir les SDPP.