Le diabète d’apparition précoce est associé à un risque plus élevé d’hospitalisation toutes causes confondues


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les individus diagnostiqués d’un diabète avant l’âge de 40 ans (diabète d’apparition précoce, DAP) pourraient présenter un risque plus élevé d’hospitalisations supplémentaires au cours de leur vie, par rapport à ceux dont le diabète de type 2 (DT2) est apparu à l’âge généralement observé, selon une nouvelle recherche publiée dans la revue Annals of Internal Medicine. 

Des chercheurs de l’Université chinoise de Hong Kong ont examiné les données de près de 445 000 personnes issues de 2 cohortes importantes d’adultes chinois atteints d’un DT2, afin de déterminer les effets de l’âge au moment de l’apparition de la maladie et les facteurs de risque modifiables sur l’hospitalisation pendant la durée de la vie active, c’est-à-dire entre 20 et 75 ans. Les chercheurs ont calculé les taux d’hospitalisation pour les deux cohortes. 

Ils ont découvert que les patients atteints d’un DAP présentaient les taux d’hospitalisation les plus élevés selon l’âge atteint dans les deux cohortes. Les auteurs ont estimé qu’un patient atteint d’un DAP passait près de 100 jours à l’hôpital avant son 75e anniversaire. En comparaison, ceux développant un DT2 à l’âge de 50 ans comptaient 59 jours-lits et ceux dont la maladie était apparue à 65 ans comptaient 29 jours-lits. 

L’étude a également identifié un lien jusqu’à présent inconnu entre le DAP et l’hospitalisation pour cause de maladie mentale. Parmi ceux atteints d’un DAP, 36,8 % des jours-lits avant l’âge de 40 ans étaient dus à une maladie mentale. 

« Des efforts de toute urgence s’imposent pour prévenir le DAP et intensifier le contrôle des facteurs de risque cardiométabolique, tout en se concentrant sur la santé mentale », ont affirmé les auteurs.