Le diabète confère un sur-risque plus important d’insuffisance cardiaque chez les femmes que chez les hommes


  • Priscilla Lynch
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Le diabète confère un sur-risque plus important d’insuffisance cardiaque (IC) chez les femmes que chez les hommes, selon une nouvelle revue systématique et méta-analyse parue dans Diabetologia, la revue de l’Association européenne pour l’étude du diabète (European Association for the Study of Diabetes).

L’étude a révélé que le sur-risque d’IC en présence d’un diabète de type 1 était 47 % plus élevé chez les femmes que chez les hommes, tandis que le diabète de type 2 entraînait un sur-risque de 9 % pour les femmes.

Les données provenant de 47 études de cohortes populationnelles ayant inclus 12 142 998 personnes et 253 260 événements d’IC ont été analysées. L’étude a combiné les risques relatifs (RR) en fonction du sexe et le ratio des RR (RRR) femmes/hommes concernant l’IC, d’issue mortelle ou non, en comparant les individus atteints d’un diabète et les individus non atteints.

Le RR combiné avec une correction pour prendre en compte les variables multiples concernant l’IC associée au diabète de type 1 était de 5,15 (IC à 95 % : 3,43–7,74) chez les femmes et de 3,47 (IC à 95 % : 2,57–4,69) chez les hommes, conduisant à un RRR de 1,47 (IC à 95 % : 1,14–1,90).

Les RR combinés correspondants pour l’IC associée au diabète de type 2 étaient de 1,95 (1,70–2,22) chez les femmes et de 1,74 (IC à 95 % : 1,55–1,95) chez les hommes, avec un RRR combiné de 1,09 (IC à 95 % : 1,05–1,13).

Ces résultats soulignent l’« importance de la prévention et du traitement intensifs du diabète pour les femmes », ont déclaré les chercheurs.