Le dépistage systématique de la fibrillation atriale a un faible bénéfice net

  • Svennberg E & al.
  • Lancet

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Des adultes plus âgés invités à faire l’objet d’un dépistage de la fibrillation atriale (FA), comparativement à leurs pairs n’y ayant pas été invités, présentaient un risque 4 % plus faible de survenue d’événements cardiovasculaires et de décès retenus dans un critère d’évaluation composite.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les bénéfices de la détection d’une FA asymptomatique dans la population générale restent peu clairs.

Principaux résultats

  • Dans le groupe invité au dépistage :
    • 51,3 % ont participé.
    • 3,7 % des participants ont commencé des anticoagulants oraux pour une FA nouvellement diagnostiquée ou précédemment connue et sous-traitée.
  • À un suivi médian de 6,9 ans, le groupe du dépistage a présenté moins d’événements retenus dans le critère d’évaluation composite :
    • 31,9 % contre 33,0 %.
    • 5,45 contre 5,68 événements/100 ans.
    • Rapport de risque (RR) : 0,96 (intervalle de confiance [IC] à 95 % : 0,92–1,00 ; P = 0,045).
  • Nombre nécessaire de personnes à inviter au dépistage pour éviter 1 événement : 91.
  • Dans l’ensemble, 71,2 % des événements étaient des décès toutes causes confondues.
  • Aucune différence significative n’a été observée au niveau de l’une ou l’autre des composantes individuelles du critère d’évaluation composite et de la démence incidente.

Commentaire d’expert

  • Dans un commentaire, Nicole Lowres, PhD, et Ben Freedman, MBBS, PhD, notent que l’essai SAFER en cours évitera le problème de non-participation de l’essai STOPSTROKE. Ils ont écrit ce qui suit : « Si l’essai SAFER montre le même bénéfice que l’analyse per protocole menée sur les personnes qui ont accepté l’invitation par rapport au groupe témoin dans l’essai STOPSTROKE, cela validera le principe que le dépistage de la fibrillation atriale pour prévenir l’accident vasculaire cérébral est bénéfique. Néanmoins, la question des personnes à haut risque qui ne se portent pas volontaires pour le dépistage subsisterait, avec le problème délicat de la mise en œuvre, à savoir comment inciter cette population à se faire dépister et traiter. »

Méthodologie

  • Un essai contrôlé, randomisé et multicentrique suédois a été mené auprès de l’ensemble des 28 768 habitants âgés de 75 à 76 ans dans 2 régions (essai STROKESTOP).
  • Randomisation : invitation au dépistage de la FA ou groupe témoin.
  • Groupe du dépistage :
    • Les personnes sans antécédents de FA ont utilisé un appareil d’ECG portatif deux fois par jour pendant 2 semaines.
    • Si une FA était détectée ou non traitée, un traitement anticoagulant par voie orale était proposé.
  • Critère d’évaluation principal : critère composite regroupant l’accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique, l’embolie systémique, un saignement nécessitant une hospitalisation, le décès toutes causes confondues dans l’analyse en intention de traiter.
  • Financement : Fondation suédoise cœur-poumon ; Boehringer Ingelheim ; autres.

Limites

  • Les calculs de puissance ont supposé une incidence d’accident vasculaire cérébral plus élevée.
  • Inclusion de la FA paroxystique.
  • Les événements constatés n’ont pas été évalués.
  • Le caractère généralisable des résultats est incertain.