Le dépistage du CCR est en augmentation, mais l’assurance est un facteur clé

  • de Moor JS & al.
  • Prev Med
  • 2 mai 2018

  • de Kelli Whitlock Burton
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le recours à des méthodes de dépistage du cancer colorectal (CCR) conformes aux recommandations aux États-Unis a augmenté, passant de 51,6 % en 2008 à 61,3 % en 2015.
  • Les personnes bénéficiant de l’assurance Medicaid ou n’ayant aucune assurance étaient nettement moins susceptibles de participer à un dépistage du CCR conforme aux recommandations, par rapport aux personnes bénéficiant d’une assurance par le biais de leur employeur, de Medicare ou d’une assurance militaire.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’influence de la récente expansion de la couverture de santé sur le recours au dépistage du CCR est inconnue.

Conception de l’étude

  • Rapports relatifs au dépistage du CCR provenant de l’Enquête nationale d’entretiens sur la santé (National Health Interview Survey).
  • Financement non communiqué.

Principaux résultats

  • Le dépistage du CCR est passé de 51,6 % en 2008 à 61,3 % en 2015 (P 
  • Les taux de dépistage du CCR étaient les plus élevés chez les adultes âgés de 50 à 64 ans bénéficiant d’une assurance militaire (73,4 %), les adultes âgés de 65 à 75 ans dans l’ensemble (71,7 %) et ceux bénéficiant de Medicare et d’une assurance privée complémentaire (76,3 %).
  • Les adultes âgés de 50 à 64 ans ne bénéficiant d’aucune assurance ont présenté les taux de dépistage du CCR les plus bas (24,8 %), suivis de ceux n’ayant pas un lieu de soins habituel (27,6 %) et de ceux n’ayant pas consulté un médecin au cours de l’année passée (28,6 %).
  • Les adultes âgés de 50 à 64 ans bénéficiant de Medicaid (47,4 % ; IC à 95 % : 43,3–51,6 %) ou n’ayant aucune assurance (24,8 % ; IC à 95 % : 20,7–29,5 %) étaient nettement moins susceptibles de faire l’objet de dépistages du CCR, par rapport à ceux bénéficiant d’une assurance par le biais de leur employeur, de Medicare ou d’une assurance militaire.

Limites

  • Le dépistage du CCR était autodéclaré.