Le dépistage du cancer du poumon chez les personnes à haut risque engendre un taux élevé de maladie de stade précoce

  • Ruparel M & al.
  • Thorax
  • 5 août 2020

  • Par Kelli Whitlock Burton
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le dépistage du cancer du poumon chez les patients à haut risque a engendré un taux élevé de cancer du poumon dans le cadre de cette étude contrôlée randomisée.
  • La plupart des cas étaient de stade précoce, et la plupart des patients ont fait l’objet d’un traitement à visée curative.

Pourquoi est-ce important ?

  • Cette étude a inclus des personnes à haut risque, ce qui pourrait offrir une vision plus précise des bénéfices en pratique réelle du dépistage du cancer du poumon que les essais précédents.
  • Les essais antérieurs ont inclus des participants qui étaient, de manière disproportionnée, plus jeunes, d’un statut socio-économique plus élevé et d’anciens fumeurs plutôt que des fumeurs actuels.

Méthodologie

  • Un essai contrôlé randomisé a été mené sur la participation au dépistage du cancer du poumon.
  • 996 fumeurs actuels ont fait l’objet d’un bilan de santé pulmonaire sur invitation écrite de leur médecin généraliste.
  • Financement : Centre de recherche sur le cancer du Royaume-Uni (Cancer Research UK) ; autres.

Principaux résultats

  • 768 patients (77,1 %) ont fait l’objet d’une tomodensitométrie (TDM) à faible dose.
    • 610 patients ont obtenu des résultats normaux ou non malins.
    • 125 patients (16,2 %) présentaient des nodules pulmonaires indéterminés nécessitant une surveillance à 3 mois (11,9 %) ou à 12 mois (4,3 %).
    • 4,3 % des patients ont été orientés vers une réunion pluridisciplinaire locale en raison d’une suspicion de cancer du poumon.
  • Après un suivi médian de 1 044 jours, 36 patients (4,7 %) ont reçu un diagnostic de cancer du poumon :
    • 34 patients présentaient un cancer bronchique non à petites cellules (CBNPC) ; 2 présentaient un cancer bronchique à petites cellules.
    • 72,2 % de l’ensemble des cas étaient de stades I–II et 27,8 % étaient de stades III–IV.
    • 79,4 % des patients atteints d’un CBNPC ont fait l’objet d’un traitement à visée curative.

Limites

  • Petit nombre de patients atteints d’un cancer bronchique à petites cellules.