Le délai avant la résection n’influence pas les résultats dans le cadre du cancer rectal

  • Lefèvre JH & al.
  • Ann Surg
  • 1 nov. 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Un délai de quatre semaines supplémentaires entre la fin de la radiochimiothérapie (RCT) néoadjuvante et la résection n’a aucun effet sur les résultats oncologiques, dans le cadre du cancer rectal cT3/T4 ou TxN+.

Pourquoi est-ce important ?

  • Des études rétrospectives antérieures ont montré des associations entre les délais et l’amélioration des résultats.

Protocole de l’étude

  • L’essai contrôlé randomisé de suivi à long terme de phase III GRECCAR-6 (n = 265), en ouvert, multicentrique et à groupes parallèles, a été mené.
  • Les patients ont été affectés de manière aléatoire à un délai de 7 ou de 11 semaines entre la RCT et la résection.
  • Financement : ministère de la Santé français.

Principaux résultats

  • 253 patients ont fait l’objet d’une excision.
  • La durée de suivi moyenne était de 32 mois.
  • À 3 ans :
    • survie globale (SG) : 89 % ;
    • survie sans maladie (SSM) : 68,7 % ;
    • récidive locale : 7,9 % ;
    • récidive à distance : 23,8 %.
  • Aucune différence significative n’a été observée entre les groupes concernant la SG (P = 0,8868), la SSM (P = 0,9409), la récidive à distance (P = 0,7432) ou la récidive locale (P = 0,3944) à trois ans.
  • Aucune différence n’a été constatée entre les groupes en termes de SSM à trois ans chez les bons (P = 0,9509) ou les mauvais (P = 0,9726) répondeurs.
  • La SSM était associée à une marge circonférentielle radiale inférieure ou égale à 1 mm (rapport de risque [RR] : 2,03 ; IC à 95 % : 1,17–3,51), à des tumeurs ypT3-T4 (RR : 2,69 ; IC à 95 % : 1,19–6,08) et à des ganglions lymphatiques positifs (RR : 3,62 ; IC à 95 % : 1,89–6,91).

Limites

  • Les résultats oncologiques constituaient des critères d’évaluation secondaires.