Le déficit en alpha-1 antitrypsine n’est pas associé à un risque plus élevé de cancer du poumon chez les personnes n’ayant jamais fumé

  • Tubío-Pérez RA & al.
  • BMC Cancer

  • Univadis
  • Clinical Summary
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Une vaste étude cas-témoins espagnole révèle que le génotype du déficit en alpha-1 antitrypsine (DAAT) n’est associé à aucun risque accru de cancer du poumon chez les personnes n’ayant jamais fumé.
  • Aucun risque accru n’a été observé avec les allèles hétérozygotes ou homozygotes du génotype DAAT.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les personnes n’ayant jamais fumé représentent 15 % de la totalité des cas de cancer du poumon aux États-Unis.
  • Le DAAT a été associé à un risque accru de cancer du poumon dans d’autres études, mais cette relation pourrait ne s’appliquer qu’aux fumeurs.
  • Les résultats rapportés ici contredisent la seule autre étude menée chez des personnes n’ayant jamais fumé, qui a révélé l’existence d’un risque accru avec le génotype DAAT.

Méthodologie

  • Une étude cas-témoins multicentrique (2011–2019) a été menée, dans laquelle 457 cas de non-fumeurs ayant reçu un diagnostic de cancer du poumon ont été comparés à 631 participants témoins, comprenant des personnes n’ayant jamais fumé faisant l’objet d’une intervention chirurgicale majeure non liée au cancer.
  • Des échantillons de sang ont été utilisés afin de réaliser un génotypage des allèles S et Z du DAAT.
  • Financement : Xunta de Galicia.

Principaux résultats

  • Aucun risque accru de cancer du poumon n’a été identifié chez les personnes n’ayant jamais fumé pour les allèles S et Z du DAAT, qu’ils soient homozygotes ou hétérozygotes :
    • Le rapport de cotes corrigé [RCc] pour l’allèle SZ était de 1,09 (intervalle de confiance [IC] à 95 % : 0,25–4,69).
    • Le RCc pour l’allèle SS était de 1,09 (IC à 95 % : 0,42–2,78).
    • Le RCc pour l’allèle hétérozygote MS était de 0,67 (IC à 95 % : 0,49–0,91).
    • Le RCc pour l’allèle hétérozygote MZ était de 0,79 (IC à 95 % : 0,37–1,6).

Limites

  • La rareté du génotype DAAT nécessitait une méthodologie cas-témoins.