Le dabrafénib/tramétinib permet d’obtenir un bénéfice à 5 ans dans le cadre du mélanome métastatique

  • Robert C & al.
  • N Engl J Med
  • 4 juin 2019

  • Par Brian Richardson, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Lors des essais cliniques COMBI-d et COMBI-v, le traitement de première intention avec l’association dabrafénib et tramétinib a permis d’obtenir un bénéfice à 5 ans chez environ un tiers des patients présentant un mélanome non résécable ou métastatique associé à une mutation BRAF V600E ou V600K.

Pourquoi est-ce important ?

  • Les données concernant les résultats à long terme chez les patients traités par dabrafénib (un inhibiteur de BRAF) et tramétinib (un inhibiteur de MEK) sont importantes pour planifier le contrôle de la maladie à long terme.

Principaux résultats

  • Le taux de SSP était de 21 % (IC à 95 % : 17–24 %) à 4 ans et de 19 % (IC à 95 % : 15–22 %) à 5 ans.
  • Le taux de SG était de 37 % (IC à 95 % : 33–42 %) à 4 ans et de 34 % (IC à 95 % : 30–38 %) à 5 ans.
  • À l’analyse multivariée, les facteurs associés à la SSP et à la SG comprenaient l’indice de performance (P 
  • 19 % des patients ont présenté une réponse complète.
  • Les patients qui ont obtenu une réponse complète avaient une SSP de 49 % et une SG de 71 % à 5 ans.

Protocole de l’étude

  • 563 patients atteints d’un mélanome métastatique ayant reçu du dabrafénib et du tramétinib (211 dans l’essai COMBI-d et 352 dans l’essai COMBI-v) ont été analysés afin de déterminer les résultats en matière de survie, par rapport au suivi médian de 22 mois (intervalle : 0–76).
  • Financement : GlaxoSmithKline, Novartis.

Limites

  • Aucun groupe comparateur.