Le cyclone Idai est à l’origine d’un premier cas de décès causé par le choléra


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a lancé une nouvelle alerte aux donateurs pour soutenir une intervention suite au cyclone Idai au Mozambique. 

Le 15 mars, le cyclone de catégorie 4 s’est abattu sur la côte près de la ville de Beira, au Mozambique, et a provoqué de graves inondations qui ont affecté 50 districts dans 6 provinces. Au moins 55 centres médicaux ont été fortement endommagés dans 3 des provinces et 1,8 million de personnes ont besoin de services de santé. 

L’OMS a indiqué que les risques de santé les plus importants proviennent des maladies transmises par l’eau et par vecteur, notamment le choléra et le paludisme, des complications de maladies non transmissibles et des perturbations dans la prestation des soins de santé en médecine générale et en médecine spécialisée. Les perturbations occasionnées concernant le traitement médical de la tuberculose et des patients atteints du VIH sont particulièrement préoccupantes. 

L’organisation cherche à obtenir 13 millions de dollars américains pour soutenir l’intervention. Les principaux objectifs consistent à établir un leadership efficace et à coordonner l’intervention au niveau national et provincial pour rétablir les services de santé et pour prévenir, détecter, vérifier et réagir rapidement aux flambées de la maladie par un renforcement de la surveillance.

Cette alerte aux donateurs intervient alors que les autorités ont confirmé cette semaine le premier décès causé par le choléra au Mozambique. Jusqu’à la journée de lundi, ce sont 517 cas de la maladie qui ont été rapportés. La semaine dernière, 900 000 doses d’un vaccin oral contre le choléra ont été expédiées au Mozambique pour aider à contrôler la propagation de la maladie.