Le CPME se joint à un appel à agir sur les réglementations relatives aux dispositifs médicaux


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Les médecins européens ont fait entendre leur voix pour appeler la Commission européenne « à ne pas différer la mise en œuvre des nouvelles réglementations relatives aux dispositifs médicaux ». 

Le Comité permanent des médecins européens (CPME), l’Association européenne des pharmaciens hospitaliers (European Association of Hospital Pharmacists), la Fédération européenne des hôpitaux et des soins de santé (European Hospital and Healthcare Federation), la Plateforme européenne des institutions de protection sociale (European Social Insurance Platform), l’Association Internationale de la Mutualité et la revue médicale française Prescrire ont publié cette semaine un communiqué conjoint exhortant les autorités à assurer l’application des nouvelles règles dans les meilleurs délais. 

Les organisations y qualifient le récent scandale de l’affaire « Implant files » de « nouvel avertissement de l’urgence de la situation et des faiblesses de la législation existante », ajoutant que, même si les nouvelles réglementations « sont loin de garantir le même niveau de sécurité d’emploi que celui existant pour les produits pharmaceutiques », elles représentent « au moins un pas dans la bonne direction ».

« La mise en œuvre de ces nouvelles règles dans les meilleurs délais permettra d’évaluer leur adéquation concernant les problèmes relevés et d’identifier les points nécessitant d’être améliorés. C’est seulement une fois que ces règles auront été correctement évaluées que nous pourrons envisager l’adoption d’autres mesures au besoin », ont-ils ajouté. 

Les organisations ont également appelé la Commission à viser le plus haut degré de transparence concernant les dispositifs médicaux à haut risque.