Le contrôle glycémique des diabétiques de type 2 s’est-il amélioré en Europe depuis 12 ans ?

  • Aschner P & al.
  • Diabetologia
  • 4 janv. 2020

  • Par Nathalie Barrès
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir 

Décevant. À en lire les résultats d’une étude réalisée en vraie vie et publiés récemment dans la revue Diabetologia, le constat concernant l’évolution du contrôle glycémique entre 2005 et 2017 en Europe est vraiment décevant. En effet, ils montrent une diminution du nombre de patients diabétiques de type 2 (DT2) européens atteignant l’objectif glycémique cible

Pourquoi cette étude est intéressante ?

Certes, l’évolution n’est pas forcément homogène d’un pays européen à l’autre, mais il était possible de croire qu’au  niveau européen, le contrôle glycémique des patients diabétiques de type 2 s’était amélioré au cours de la dernière décennie avec la prise de conscience de son importance vis-à-vis des complications micro et macro-vasculaires, les efforts prodigués, l’offre thérapeutique croissante, … Ces analyses sont importantes pour redoubler de vigilance en pratique clinique et pour continuer à proposer aux patients un accompagnement adapté.

Protocole de l’étude

L’étude Internationale Diabetes Management Practices Studya demandé à des médecins de 49 pays européens de collecter les données de 10 patients DT2 consécutifs traités par antidiabétiques durant une période de 2 semaines. Au total 7 vagues d’enquête ont été réalisées entre 2005 et 2017.

Principaux résultats

Au total, 66.088 patients DT2 (âge médian 58 ans, 52% de femmes) ont été recrutés par 6.099 médecins répartis dans 49 pays. Parmi eux, 63,4% recevaient des antidiabétiques oraux seuls et 22% une association de ces traitements avec de l’insuline. 

La durée moyenne du diabète, l’IMC, ainsi que la proportion de sujets ayant également de l’hypertension et/ou une dyslipidémie avaient augmenté entre la première et la dernière vague d’enquête. Sur l’ensemble de la population, le taux moyen d’HbA1c est passé de 7,8% pour la vague 1 à 8,1% pour la vague 7. 

Par rapport à 2005, la proportion de patients qui atteignaient une HbA1c ≤8% (≤64 mmol/mol) a nettement diminué lors des vagues 2, 5, 6 et 7.

En 2017, non seulement moins de la moitié des sujets DT2 n’atteignaient toujours pas l’objectif cible recommandé de 7% (

La proportion de patients ayant bénéficié d’au moins deux mesures d’HbA1c au cours des 12 derniers mois est passée de 61,2% à 92,9% et la proportion de sujets ayant pu bénéficier d’une éducation au diabète de 59% à 78,3% au cours des 7 vagues d’analyses.

Les femmes et les individus ayant un DT2 depuis plus de 10 ans étaient ceux qui avaient le plus de mal à atteindre l’objectif cible d’HbA1c ≤8%. 

Au cours de la période évaluée, la prescription de sulfamides a nettement diminué chez les 80% de patients qui recevaient un antidiabétique par voie orale. Et bien que le délai avant initiation de l’insuline soit resté assez stable, le recours à l’insulinothérapie a significativement augmenté entre 2005 et 2017, passant de 32,4% à 41,2%.

Principales limitations

Étude transversale. Les données ne permettent pas d’identifier les mesures qui sont efficaces.