Le contrôle de la glycémie est associé à une réduction de la morbidité et de la mortalité dans le cadre du COVID-19


  • Miriam Tucker
  • Clinical Essentials
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Parmi les patients atteints de la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) avec un diabète de type 2 (DT2) préexistant, une concentration de glucose sanguin (GS) située entre 3,9 et 10,0 mmol/l est associée à une amélioration des résultats.

Pourquoi est-ce important ?

  • Le DT2 est une comorbidité fréquente dans le cadre du COVID-19, mais les données probantes établissant un lien entre le DT2 et les résultats sont limitées.

Protocole de l’étude

  • Une étude rétrospective et multicentrique a été réalisée, portant sur 7 337 cas de COVID-19 dans la province du Hubei, en Chine.
  • Financement : Programme national principal de recherche et de développement de Chine ; Fondation nationale des sciences de Chine.

Principaux résultats

  • Dans les 28 jours suivant l’hospitalisation, la présence d’un DT2 (n = 923), par rapport à son absence (n = 6 385), a augmenté le risque de mortalité à l’hôpital toutes causes confondues :
    • rapport de risque (RR) de 1,49 (P = 0,005).
    • Le RR a été corrigé pour prendre en compte l’âge, le sexe et la sévérité du COVID-19.
  • Dans le groupe du DT2, une glycémie bien contrôlée (n = 282 ; limite supérieure du GS inférieure ou égale à 10 mmol/l ; taux de HbA1c moyen : 7,3 %), par rapport à un moins bon contrôle de la glycémie (n = 528 ; limite supérieure du GS supérieure à 10 mmol/l ; HbA1c : 8,1 %), a diminué le risque de mortalité à l’hôpital :
    • RR de 0,13 (P 
    • Le RR a été corrigé en fonction de l’âge, du sexe, de la sévérité du COVID-19 et des comorbidités. 
  • Les RR en présence d’une glycémie bien contrôlée, par rapport à un mauvais contrôle de la glycémie, ont été réduits concernant :
    • le syndrome de détresse respiratoire aiguë : 0,41 (P 
    • la lésion cardiaque aiguë : 0,21 (P = 0,003).
  • Dans le cadre d’un appariement selon les scores de propension d’après un rapport de 1:1, le risque de mortalité toutes causes confondues corrigé en présence d’un GS bien contrôlé (n = 250), par rapport à un mauvais contrôle du GS (n = 250), était plus faible :
    • RR de 0,14 (P = 0,008).

Limites

  • Patients hospitalisés uniquement, étude menée dans une seule province en Chine.
  • Aucune donnée sur le statut du DT2 préalablement à l’hospitalisation.
  • Faible nombre de participants ayant un bon contrôle de leur glycémie.
  • Il s’agit d’une étude rétrospective.