Le comité d’urgence se dit « profondément préoccupé » par la flambée d’Ebola


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Un comité d’urgence, convoqué plus tôt cette semaine par l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) afin de discuter de la flambée de maladie à virus Ebola (MVE) en République démocratique du Congo (RDC), a souligné la nécessité d’intensifier les activités de riposte à la flambée. 

Entre le 4 mai et le 15 octobre 2018, 216 cas de MVE et 139 décès au total ont été rapportés. Neuf pays voisins viennent d’être informés qu’ils courent un risque élevé de propagation de la maladie. 

Le comité a discuté de la situation actuelle complexe en matière de sécurité en RDC qui pose, selon ses dires, un certain nombre de défis et a compliqué la recherche des contacts ainsi que d’autres aspects de la riposte. Environ huit incidents de sécurité majeurs se sont produits dans la zone de Beni au cours des huit dernières semaines. 

Le comité a conclu qu’il n’est pas nécessaire de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale (USPPI) pour le moment, mais reste « profondément préoccupé par la flambée ». La priorité doit être donnée à la protection des agents et des établissements de santé, a-t-il été indiqué. Le groupe a ajouté qu’au vu du risque très élevé de propagation de la maladie à l’échelle régionale, les pays voisins doivent accélérer leur préparation ainsi que leur surveillance, et qu’ils doivent envisager la vaccination de leurs agents de santé dans les districts à haut risque qui sont limitrophes de la RDC.