Le Comité d’urgence déclare qu’Ebola est toujours une urgence de santé publique


  • Mary Corcoran
  • Actualités Médicales
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

Malgré des baisses du nombre de cas de maladie à virus Ebola (MVE) identifiés en République démocratique du Congo (RDC) ces dernières semaines, des experts ont averti que la flambée est toujours une urgence de santé publique de portée internationale. 

La semaine dernière, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a convoqué une réunion du Comité d’urgence au titre du Règlement sanitaire international (RSI) (2005) pour examiner la flambée actuelle de MVE en RDC. 

À la date du 13 octobre, 3 228 cas avaient été rapportés au total, dont 2 123 cas mortels. Au cours des dernières semaines, l’incidence des cas de MVE a constamment diminué, avec 15 nouveaux cas confirmés signalés dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri durant la semaine du 7 au 13 octobre, contre 128 cas par semaine signalés au plus fort de la flambée en avril dernier. Un déplacement des points chauds de la maladie a cependant été constaté, des zones urbaines vers des communautés plus rurales et difficiles d’accès. 

Le Comité a exprimé des inquiétudes sur le fait qu’un an après le début de la flambée, les problèmes d’accès et de sécurité sur le terrain « pourraient être un obstacle aux derniers efforts visant à éliminer le virus dans les communautés rurales ».

Le Comité a émis plusieurs recommandations temporaires à l’intention des pays, qu’ils soient ou non touchés par la flambée. Parmi ces recommandations, il est préconisé que les États à risque améliorent leur préparation en vue de détecter et de prendre en charge les cas importés ou les cas de MVE contractée localement.