Le cerveau des femmes, métaboliquement plus jeune que celui des hommes du même âge

  • Goyal MS & al.
  • Proc Natl Acad Sci USA
  • 19 févr. 2019

  • Par Caroline Guignot
  • Résumé d’articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

Pour un même âge chronologique, l’âge métabolique au niveau cérébral serait inférieur chez les femmes par rapport aux hommes. Ce résultat est issu d’une étude de cohorte de 205 personnes âgées de 20 à 82 ans présentant des fonctions cognitives normales et qui ont été soumises à une évaluation de plusieurs paramètres métaboliques par imagerie PET scan, au niveau de 79 régions cérébrales différentes : consommation du glucose, consommation en oxygène, flux sanguin cérébral, glycolyse aérobie.

Les données des hommes ont été intégrées dans un algorithme d'apprentissage automatique afin d’établir les relations statistiques existant entre l’âge chronologique et le métabolisme cérébral mesuré. Ensuite, les données relatives au métabolisme cérébral des femmes ont été analysées sur la base de ce résultat : l’âge métabolique cérébral établi pour celles-ci était ainsi inférieur de 3,8 ans en moyenne à leur âge chronologique.

Les chercheurs ont réalisé l’analyse inverse en intégrant les données des femmes pour établir ensuite l’âge relatif aux hommes : ainsi, ces derniers avaient un âge métabolique qui était de 2,4 ans supérieur à leur âge chronologique.

Interprétation et implications

Le métabolisme humain cérébral au repos évolue avec l’âge : il repose sur des mécanismes essentiellement non oxydatifs (glycolyse aérobie) dans l’enfance et l’adolescence, en rapport avec les processus neurodéveloppementaux et de maturation. Des mécanismes oxydatifs se développent à mesure que l’âge progresse, pour devenir majoritaires à un âge avancé.

Les résultats de cette étude demandent à être validées par d’autres travaux qui permettraient notamment de lever les limitations existant ici, en particulier les biais sociétaux et le biais de sélection des participants, qui étaient volontaires. Pour autant, elles confortent les données déjà existantes qui suggèrent un décalage chronologique entre les hommes et les femmes sur d’autres paramètres cérébraux comme l’évolution du flux sanguin au cours du temps ou le développement structurel de certaines régions. Elles vont aussi dans le même sens que d’autres études ayant décrit une expression de certains gènes liée à l’âge différente selon le sexe.