Le CCR du côté droit est associé à une survie moins favorable uniquement dans le cas d’une maladie de stade IV

  • Wang CB, et al.
  • Front Oncol
  • 19 févr. 2019

  • Par David Reilly
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Dans l’ensemble, les patients atteints d’un cancer colorectal (CCR) du côté droit semblent obtenir une moins bonne survie que ceux atteints d’un cancer du côté gauche ; cependant, une analyse stratifiée révèle que cette différence de survie ne s’applique qu’aux patients atteints d’une maladie de stade tardif.

Pourquoi est-ce important ?

  • Un corpus croissant de données probantes suggère l’existence d’un lien entre la localisation de la tumeur et la SG chez les patients atteints d’un CCR.

Protocole de l’étude

  • Une étude a été menée afin d’évaluer l’association entre les maladies du côté droit et du côté gauche et les résultats de survie chez les patients atteints d’un CCR.
  • Les données ont été obtenues auprès du Registre du cancer du côlon et du rectum de la Mayo Clinic (Mayo Clinic Colon and Rectal Cancer Registry), qui inclut 26 908 patients atteints d’un cancer du côlon et du rectum. 
  • Financement : aucun financement n’a été communiqué.

Principaux résultats

  • La survie médiane était de 76,6 mois pour les tumeurs du côté droit, contre 93,0 mois pour les tumeurs du côté gauche.
  • Survie médiane selon la localisation de la tumeur :
    • 101,3 mois pour le cancer rectal ;
    • 87,5 mois pour les cancers du côté gauche ;
    • 76,6 mois pour les cancers du côté droit.
  • Dans un modèle d’analyse de régression de Cox multivarié :
    • Aucune différence significative n’a été observée en termes de mortalité globale pour la maladie du côté gauche, comparativement au côté droit, chez les patients atteints d’une maladie de stade précoce (stades I–III) : RR de 0,99 ; IC à 95 % : 0,93–1,04 ; P = 0,6443.
    • Une différence significative a été observée en termes de mortalité globale pour la maladie du côté gauche, comparativement au côté droit, chez les patients atteints d’une maladie de stade tardif (stade IV) : RR de 0,73 ; IC à 95 % : 0,67–0,80 ; P 

Limites

  • Données rétrospectives.
  • L’étude n’a pas pris en compte les variables liées aux traitements.