Le CCR d’apparition précoce présente des caractéristiques cliniques et moléculaires distinctes

  • Willauer AN & al.
  • Cancer
  • 11 mars 2019

  • Par Jim Kling
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le cancer colorectal (CCR) d’apparition précoce présente des caractéristiques cliniques et moléculaires distinctes, avec des sous-ensembles spécifiques parmi les patients âgés de moins de 50 ans.

Pourquoi est-ce important ?

  • L’incidence de CCR augmente chez les individus plus jeunes, souvent sans facteur génétique de prédisposition identifiable.

Protocole de l’étude

  • Une analyse rétrospective a été réalisée à partir de plus de 36 000 patients issus de 4 cohortes.
  • Financement : NIH ; MD Anderson.

Principaux résultats

  • Comparativement aux patients âgés de 50 ans et plus, les patients de moins de 50 ans étaient plus susceptibles de présenter des tumeurs avec une instabilité microsatellitaire (IMS ; P = 0,038), une maladie métastatique synchrone (P = 0,009) et des tumeurs primitives situées dans le côlon distal ou le rectum (P .
  • Les patients âgés de 18 à 29 ans, comparativement aux patients âgés de 30 à 49 ans, étaient moins susceptibles de présenter des mutations du gène APC (RC : 0,56 ; P = 0,015), mais plus susceptibles de présenter une histologie à cellules en bague à chaton (RC : 4,89 ; P ).
  • Le sous-type moléculaire consensuel 1 (SMC1) survenait le plus souvent chez les patients âgés de moins de 40 ans (46 %) et ceux de 70 ans et plus (23 %).
  • Comparativement aux patients présentant un cancer d’apparition précoce sans complications, les patients présentant un cancer d’apparition précoce et une maladie inflammatoire chronique de l’instestin présentaient un risque plus élevé d’histologie mucineuse ou à cellules en bague à chaton (RC : 5,54 ; P = 0,0004) et un risque réduit de mutations du gène APC (RC : 0,24 ; P = 0,019).

Limites

  • Analyse rétrospective.