Le CCIS ER+ est associé à un risque plus élevé de cancer du sein controlatéral

  • Stout NK & al.
  • Breast Cancer Res Treat
  • 26 juin 2018

  • Par Miriam Davis, PhD
  • Résumés d'articles
L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte. L'accès à l'intégralité du contenu de ce site est reservé uniquement aux professionnels de santé disposant d'un compte.

À retenir

  • Le carcinome canalaire in situ (CCIS) positif aux récepteurs des œstrogènes (Estrogen Receptor, ER+) est associé à un risque plus élevé de cancer du sein controlatéral (CSC), comparativement au CCIS ER-, dans l’analyse de la base de données Surveillance, épidémiologie et résultats finaux (Surveillance, Epidemiology, and End Results, SEER).

Pourquoi est-ce important ?

  • La majorité des CCIS sont ER+, mais peu de patientes reçoivent une hormonothérapie.

Protocole de l’étude

  • Étude de cohorte rétrospective de 46 007 femmes ayant reçu un diagnostic de CCIS entre 1990 et 2002 issues de la base de données SEER.
  • Un modèle avec régression multivariée des risques compétitifs a été utilisé pour identifier les facteurs prédictifs du délai entre le CCIS initial et le CSC (in situ ou invasif).
  • Financement : Institut de recherche sur les résultats de santé axé sur les patients (Patient-Centered Outcomes Research Institute).

Principaux résultats

  • La majorité des femmes atteintes d’un CCIS étaient d’origine ethnique blanche (82 %) ; l’âge moyen était de 58,4 ans.
  • 75 % des patientes présentaient un CCIS ER+.
  • La durée de suivi médiane était de 14 ans et 2 mois.
  • Le CCIS ER- était 40 % moins susceptible d’être associé à un CSC que le CCIS ER+ (RR : 0,6 ; IC à 95 % : 0,5–0,8).
  • À 10 ans, le modèle estimait que 5,3 % (IC à 95 % : 4,8–5,9 %) des CCIS ER+ seraient associés à un CSC, contre 3,4 % (IC à 95 % : 2,7–4 %) des CCIS ER-, après un ajustement pour prendre en compte d’autres facteurs.

Limites

  • Sous-estimation possible du nombre de CSC.